Durement touché par la pandémie, l’arrondissement de Montréal-Nord a lancé un appel aux dons de masques, qui sont distribués aux résidents dans certains points de vente et édifices. La Direction de santé publique annonçait d’ailleurs vendredi un plan de dépistage massif dans ce secteur de la métropole.

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

Quelque 40 000 masques ont déjà été distribués dans l’arrondissement, ainsi que 1250 visières de protection et plus d’une centaine de gallons de liquide désinfectant, grâce à l’initiative des organismes du quartier.

Les résidents de Montréal-Nord peuvent se procurer un masque de protection à usage unique dans plusieurs points de service et commerces. Pour pouvoir continuer sur cette lancée, l’arrondissement a lancé un appel à tous samedi. Ceux qui veulent contribuer, qu’il s’agisse de particuliers ou d’entreprises, peuvent contacter l’arrondissement pour faire un don de masques. Cet effort collectif s’ajoute aux différentes initiatives comme les corridors sanitaires et un déploiement d’équipes du milieu communautaire.

L’annonce d’un plan de dépistage massif à Montréal-Nord, secteur durement touché par le virus, a été bien accueilli par Christine Black, mairesse de l’arrondissement.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

Christine Black, mairesse de l’arrondissement Montréal-Nord

Il fallait augmenter le nombre de dépistages pour avoir une meilleure idée de la propagation du virus. « On va avoir un profil précis des groupes les plus touchés et ça va nous donner des outils supplémentaires pour les aider. »

Plusieurs questions restent en suspens, nuance-t-elle toutefois. « Ce qu’on entend de nos citoyens inquiets, c’est qu’ils veulent savoir où et quand se faire tester. Ils veulent être informés » Après l’annonce de cliniques mobiles qui sillonnent la ville, Mme Black assure rester très attentive et suivre la situation de près. « On me dit que la clinique mobile se rendra à Montréal-Nord dès la semaine prochaine. »

Crises après crises

Pourquoi le virus frappe Montréal-Nord de plein fouet ? Selon la mairesse, l’arrondissement fait face à plusieurs défis. Plusieurs travailleurs de la santé et un grand nombre de personnes âgées résident dans le secteur, où le transport en commun est très utilisé.

On connait notre milieu. C’est un terreau fertile pour le virus. La trame de fond est composée de plusieurs facteurs : on a un désert alimentaire, moins d’espace, une promiscuité entre les citoyens et peu de cliniques médicales à Montréal-Nord. »

Ça fait plusieurs années qu’on réclame des investissements massifs. Crises après crises, Montréal-Nord est frappée

Christine Black, mairesse de l’arrondissement

On retrouve deux cliniques de dépistage à Montréal-Nord.

Sur le terrain de l’Hôpital Rivière-des-Prairies, une clinique est opérationnelle depuis le 6 avril pour le dépistage des travailleurs essentiels, sur rendez-vous. Depuis le 1er mai, on y fait également le dépistage sur rendez-vous pour les résidents de Montréal-Nord qui présentent des symptômes.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Clinique de dépistage à l’Hôpital Rivière-des-Prairies

L’établissement a une capacité de 180 tests par jour. Le bilan des dépistages effectués est actuellement en cours, précise le CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal.

Dans un autre établissement de dépistage sans rendez-vous devant le CLSC de Montréal-Nord, une installation temporaire, on peut procéder à 160 tests par jour. Cette clinique est ouverte à tous les résidents de Montréal-Nord, symptomatiques ou asymptomatiques, qui peuvent se présenter avec ou sans carte d’assurance-maladie. Le dépistage y a débuté le 4 mai et se poursuivra jusqu’au 11 mai. En date de vendredi, plus de 710 tests avaient été réalisés depuis l’ouverture de cette clinique. Un prochain bilan des dépistages effectués est attendu lundi.