Chaque jour, nous répondons aux préoccupations des lecteurs.

suzanne colpron suzanne colpron
La Presse

La fumée de cigarette peut-elle transmettre le virus ?

Non. En expirant, une personne peut projeter des microgouttelettes dans l’air. Mais c’est la respiration qui peut propager le virus, pas la fumée inhalée d’une cigarette.

Pourquoi une personne diabétique qui contracte la COVID-19 risque-t-elle de développer des problèmes plus graves ?

Il y a deux raisons, selon la Fédération internationale du diabète. La première, c’est l’affaiblissement du système immunitaire des personnes diabétiques qui rend plus difficile de combattre le coronavirus, comme les autres maladies infectieuses. La deuxième, c’est qu’il est possible qu’une glycémie élevée augmente le risque d’infection. Toutefois, les facteurs de risque varient d’une personne à l’autre en fonction de l’âge, du type de diabète, du traitement utilisé et de la présence d’autres problèmes de santé. Les femmes enceintes ayant un diabète de grossesse sont aussi plus à risque.

Est-ce que le virus peut s’introduire par une lésion ou une plaie au visage ou au corps ?

On ne le croit pas. « Il n’y a pas de données qui nous permettent de dire que le virus peut rentrer dans l’organisme par une autre voie que par la bouche, le nez ou les yeux », précise Nathalie Grandvaux, qui dirige des recherches sur les infections respiratoires au CHUM.

S’il y a un ou plusieurs cas de COVID-19 dans notre immeuble, doit-on nous en informer ?

Selon la Corporation des propriétaires immobiliers du Québec (CORPIQ), un locataire atteint de la COVID-19 doit informer le responsable de son immeuble, que ce soit le gestionnaire ou le propriétaire. Mais ce dernier n’a pas à le dire aux autres occupants de l’immeuble, encore moins à révéler son identité, à moins que la personne infectée ne mette volontairement la santé des autres locataires en danger.

> Consultez la note de la CORPIQ à ce sujet

Ma terrasse en bois traité menace de s’écrouler. L’entrepreneur peut-il faire les travaux dès à présent ?

Oui. Les travaux urgents sont permis dans tous les secteurs de l’industrie de la construction (résidentiel, institutionnel et commercial, industriel, génie civil et voirie). Ces informations, mises à jour régulièrement, se trouvent sur le site du gouvernement du Québec.

> Consultez les informations à ce sujet

Ma fille déménage le mois prochain. Puis-je l’aider à faire ou à défaire ses boîtes en respectant la mesure de distanciation physique ?

Oui. La Société d’habitation du Québec recommande toutefois d’observer certaines consignes. En plus des règles de distanciation physique, elle demande de limiter le nombre de personnes le jour du grand départ, de se laver les mains régulièrement, d’attendre au moins 24 heures avant de défaire les boîtes contenant du matériel non essentiel et de désinfecter tous les meubles et les électroménagers avant et après le déménagement.

> Apprenez-en plus sur le site de la Société d’habitation du Québec

Est-ce que les animaux domestiques peuvent propager la maladie ?

Non, ce n’est pas le cas à la lumière des connaissances actuelles. « Il n’y a aucune preuve qu’un animal domestique puisse transmettre la COVID-19 à une personne », affirme Serge Chalhoub, professeur à la faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Calgary. « Les risques semblent possibles, mais minimes. Le coronavirus n’aimerait pas les surfaces rugueuses, comme les poils. »

De nombreux tests ont été effectués, mais seulement quelques animaux ont été déclarés positifs à la COVID-19. Deux chats, deux chiens, un tigre et un lion ont contracté la maladie au contact d’humains infectés, indique M. Chalhoub. Les chats avaient des symptômes mineurs, tandis que les chiens n’en avaient aucun.