Aurait-on déjà atteint le pic de l’épidémie de COVID-19 au Québec ? C’est ce que laisse supposer un modèle simple souvent utilisé par les épidémiologistes. Benoît Mâsse, professeur à l’École de santé publique de l’Université de Montréal, estime que cela est possible, tout en pressant le gouvernement de dévoiler davantage de données afin que la communauté scientifique puisse faire des prévisions plus élaborées.

Philippe Mercure Philippe Mercure
La Presse

La croissance du nombre de nouvelles hospitalisations attribuables à la COVID-19 est en baisse depuis maintenant cinq jours au Québec. Lundi, seulement huit admissions ont été enregistrées, le chiffre le plus bas depuis plus de deux semaines.

« Si la faible augmentation d’aujourd’hui [lundi] se répète sur les prochains jours, nous aurons peut-être atteint le pic cette semaine », dit le professeur Mâsse.

Le premier ministre François Legault a tenu des propos similaires lundi en conférence de presse.

« Bon, évidemment, c’est une journée, mais ce que ça veut dire, c’est que si on avait quelques journées comme ça, on pourrait se dire qu’on approche du sommet, donc qu’on approche de la vie normale. Mais, étant donné qu’on n’est pas certains, il faut vraiment ne pas prendre de chances puis ne pas relâcher les mesures, continuer de bien faire ce qu’on a à faire. Ça veut dire, en gros, rester à la maison le plus possible », dit-il.

Un modèle encourageant

Les épidémiologistes utilisent souvent ce qu’on appelle la « loi de Farr » pour prédire l’évolution d’une épidémie, un modèle inventé en 1840. Fait intéressant, lui aussi indique qu’on aurait atteint le sommet de l’épidémie lundi.

« C’est un modèle simple, mais qui peut donner une bonne idée à la population de ce qui s’en vient », commente Benoît Mâsse. Le spécialiste a tracé cette courbe pour le nombre d’hospitalisations dues à la COVID-19 au Québec. Cette variable permet d’éviter les biais liés au nombre de cas, qui dépendent de la capacité de tests. Le nombre de personnes admises aux soins intensifs et le nombre de morts sont quant à eux encore trop faibles pour générer des projections fiables.

Pour tracer la courbe de l’épidémie avec la loi de Farr, il suffit d’observer chaque jour la croissance du nombre d’hospitalisations dans la province. On divise ensuite ce chiffre avec celui de la veille. Le résultat est ce qu’on appelle la « constante de Farr ». En théorie, ce chiffre est constant pendant l’ensemble de l’épidémie. Dans les faits, il varie à cause des fluctuations quotidiennes. Les mesures de confinement mises en place par les autorités sont aussi susceptibles de le faire baisser.

« On voit quand même que la constante de Farr est en train de se stabiliser autour d’une valeur », dit M. Mâsse, qui a utilisé la moyenne des cinq derniers jours pour l’évaluer. Ce nombre est ensuite repris pour faire des projections dans le futur.

Un « manque de transparence »

S’il juge la loi de Farr « intéressante d’un point de vue éducatif et historique », Benoît Mâsse avoue qu’il aimerait utiliser des modèles plus sophistiqués pour étudier l’épidémie de COVID-19 et tenter de prévoir sa trajectoire.

« J’en ai, des modèles plus complexes de COVID, ce n’est pas ça le problème. Le problème, c’est : qu’est-ce que je mets dedans ? Il faut des données, et il n’y a aucune façon actuellement d’avoir ces données. Je comprends que les détails des modèles et des données ne sont pas à la portée de tous, mais on est quand même une petite gang, au Québec, qui sommes capables de regarder ça », dit le chercheur, qui presse Québec de dévoiler ces informations.

Le spécialiste mentionne des variables comme la période d’incubation, le niveau de contacts par strates d’âge, le niveau de contagion des gens qui ne présentent pas de symptômes et le taux de létalité pour chacune des strates d’âge comme exemples de données qu’il aimerait obtenir pour bien faire son travail. Le gouvernement a promis de dévoiler des prévisions ce mardi, et le professeur Mâsse a hâte de voir quel niveau de détail sera fourni.

« L’enjeu est tellement grand. J’ai pleinement confiance en l’équipe qui est là, mais le travail se fait très rapidement et il serait hautement pertinent de pouvoir examiner, valider et apprécier ce qui est fait. Ce n’est pas normal que j’aie plus de détails sur les modèles et les stratégies utilisées à Seattle qu’au Québec », dit-il, évoquant un « manque de transparence ».

Une lettre ouverte au gouvernement

Marie-Claude Boily est professeure de mathématiques appliquées à l’épidémiologie au prestigieux Imperial College London, au Royaume-Uni, réputé pour ses modélisations. Coincée au Québec à cause de la COVID-19, la Québécoise en est venue à s’intéresser naturellement aux informations dévoilées sur l’épidémie locale.

« On aimerait savoir quels outils sont utilisés, comment ils sont utilisés et par qui, dit-elle. On comprend très bien qu’il y a des limitations dans ce qui peut être diffusé, mais à l’heure actuelle, on a vraiment une information minimale. » La spécialiste explique que la prévision d’une épidémie est basée sur de nombreuses hypothèses, et qu’il serait intéressant pour la communauté scientifique de savoir quelles hypothèses sont faites par le gouvernement québécois pour établir les prévisions qui guident ses décisions.

Mme Boily observe que les données et les détails des modèles utilisés sont beaucoup plus faciles à obtenir au Royaume-Uni. « Ils sont capables de produire des résultats et de publier leurs méthodes rapidement — l’information est même disponible en ligne en prépublication, dit-elle. C’est vraiment différent. »

Dans une lettre ouverte publiée dans la section Débats de La Presse, Benoît Mâsse et Marie-Claude Boily affirment que les incertitudes « appellent à la transparence » et incitent le gouvernement à publier ses données et ses modèles.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux a rappelé qu’il dévoilera « plusieurs scénarios » mardi et n’a pas voulu faire d’autres commentaires.