À peine annoncée par le gouvernement du Québec en point de presse, dimanche, la plateforme lepanierbleu.ca éprouvait des difficultés techniques en raison d’un trop fort achalandage.

Audrey Ruel-Manseau Audrey Ruel-Manseau
La Presse

La plateforme numérique de produits québécois, hors d’usage une partie de l’après-midi, était de nouveau fonctionnelle en début de soirée. Quelques fonctions, comme l’inscription d’un commerce, restaient toutefois temporairement inaccessibles.

CAPTURE D’ÉCRAN LEPANIERBLEU. CA

« En raison d’une forte demande, l’inscription au répertoire de commerces est temporairement inaccessible. Notre équipe technique travaille activement à rétablir la situation », pouvait-on lire sur le site lepanierbleu.ca.

Le message a été modifié plus tard en soirée. Il indiquait que l'inscription des commerces était temporairement suspendue pour faciliter le traitement des demandes, « afin de répondre efficacement à l'engouement du Québec pour l'achat local ».

Déjà 1170 commerces étaient inscrits, dimanche. Le Panier bleu est un répertoire des commerces locaux – tant des boutiques en ligne que des commerces physiques – dont l’objectif est de faciliter l’accès à l’achat local aux consommateurs québécois.

L’initiative est soutenue par le gouvernement du Québec, qui espère que cette plateforme dynamisera l’économie d’ici et permettra à la province de rebondir plus facilement et plus rapidement à la crise actuelle. Le Panier bleu est un OBNL, dont le conseil d’administration est assuré pro bono par de grandes pointures du milieu des affaires-Alain Dumas, spécialiste en commerce électronique et commerce de détail ; Sylvain Prud’homme, ex-PDG de Lowes Canada ; et Alexandre Taillefer, fondateur de XPND Capital, ex-dragon et l’un des idéateurs du concept.