(Ottawa) L’ancien ministre des Finances Ralph Goodale ne peut qu’être admiratif devant le train de mesures concocté jusqu’ici par le gouvernement Trudeau avec l’aide de la fonction publique afin de soutenir les familles, les travailleurs et les entreprises durant la crise de la pandémie de COVID-19.

Joël-Denis Bellavance Joël-Denis Bellavance
La Presse

Jusqu’ici, l’ensemble des initiatives annoncées par le gouvernement Trudeau sont évaluées à quelque 200 milliards de dollars. Cela comprend 52 milliards de dollars en aide directe, 85 milliards de dollars en paiements d’impôts et d’acomptes provisionnels différés pour les individus et les entreprises et 65 milliards de dollars en prêts.

À ce bouquet de mesures, il faudra ajouter les coûts liés à la bonification du programme de subventions salariales aux entreprises, qui doit atteindre 75 % du salaire d’un employé en fonction d’un salaire annuel ne dépassant pas 58 700 $. Selon une évaluation de l’Institut C.D. Howe, cette dernière mesure pourrait coûter 6,3 milliards de dollars par semaine au fisc canadien, et plus de 80 milliards de dollars sur une période de trois mois, soit la durée totale du programme.

« Toutes les mesures qui ont été annoncées jusqu’ici représentent un travail colossal. C’est littéralement l’équivalent de deux budgets fédéraux en deux semaines. C’est gigantesque. Mais il fallait le faire. La situation évolue tellement rapidement », a indiqué à La Presse Ralph Goodale, qui a notamment été ministre des Finances dans le gouvernement libéral minoritaire de Paul Martin, de 2004 à 2006.

Avant que la crise de la COVID-19 ne sévisse et provoque des ravages dans l’économie canadienne, les mandarins du ministère des Finances avaient essentiellement terminé le budget fédéral que devait présenter le grand argentier du pays Bill Morneau le 30 mars à la Chambre des communes. Or, ce plan budgétaire a été mis à la déchiqueteuse, les dommages causés par la pandémie l’ayant rendu caduc.

« Il s’agit d’une crise sans précédent qui force parfois le gouvernement à ajuster le tir même après qu’une annonce a été faite. Nous n’avons jamais été confrontés à une telle situation, sauf peut-être en temps de guerre », a ajouté l’ancien ministre fédéral.

M. Goodale, qui a aussi été ministre des Ressources naturelles dans le gouvernement de Jean Chrétien et ministre de la Sécurité publique dans le gouvernement de Justin Trudeau, a été défait aux élections fédérales d’octobre dernier.

Reconnu comme un pilier au sein des gouvernements dont il a fait partie, M. Goodale a accepté de reprendre du service en devenant le conseiller spécial de Justin Trudeau dans le dossier de l’écrasement du vol 752 de la compagnie aérienne Ukraine International Airlines, abattu à Téhéran en janvier par les forces armées iraniennes.

Les 176 occupants de l’avion, dont 55 Canadiens, ont été tués.

Durant sa longue carrière à Ottawa, M. Goodale était à la table du Cabinet lors des attentats terroristes du 11 septembre 2001. Il était aussi aux premières loges du Cabinet quand la crise du SRAS a frappé. Mais aucun événement n’est comparable à la pandémie de la COVID-19, qui met essentiellement toute l’économie de la planète sur pause. Il se réjouit de voir que tous les gouvernements, sans exception, travaillent de concert pour limiter les dommages au Canada.

« Cette pandémie, c’est une cible mouvante. En plus, la vaste majorité des fonctionnaires sont forcés de travailler à leur domicile pour ficeler les plans d’aide du gouvernement. C’est loin d’être une façon conventionnelle de s’attaquer à une crise. C’est tout à fait remarquable de voir la façon dont le gouvernement et la fonction publique ont réagi jusqu’ici », a dit M. Goodale.

Par ailleurs, c’est finalement mercredi que le ministre des Finances Bill Morneau annoncera les contours du programme de subvention salariale du gouvernement Trudeau qui vise à donner un coup de pouce financier aux entreprises durement touchées par la crise de la COVID-19.

Alors que les dirigeants d’entreprises attendent impatiemment de connaître les détails de cette bouée de sauvetage, M. Morneau a indiqué sur son compte Twitter qu’il devait reporter de 24 heures la conférence de presse qu’il devait tenir en compagnie de sa collègue Mary Ng, ministre de la Petite Entreprise, de la Promotion des exportations et du Commerce international.

Lundi, le premier ministre Justin Trudeau a précisé que toutes les entreprises, peu importe leur taille, auront droit à la nouvelle subvention salariale de 75 % concoctée par Ottawa si elles ont encaissé une perte d’au moins 30 % de leurs revenus à cause de la crise de la COVID-19.

Ainsi, Ottawa versera aux entreprises une subvention salariale pouvant atteindre 847 $ par semaine basée sur un salaire annuel maximal de 58 700 $, qu’elles comptent 10 employés ou 1000 employés. L’aide, qui sera accessible pendant une durée maximale de trois mois et rétroactive au 15 mars, sera aussi offerte aux organismes à but non lucratif et aux organismes de bienfaisance.