(Québec ) Particulièrement touchée par la pandémie, Montréal hausse d’un cran son combat contre la COVID-19. La mairesse annonce l’état d’urgence locale, les policiers sont invités à intervenir davantage pour faire respecter les règles et Québec évalue plusieurs scénarios pour isoler la métropole au besoin.

Gabriel Béland Gabriel Béland
La Presse

Kathleen Lévesque Kathleen Lévesque
La Presse

« Si on ne veut pas que, par exemple, Montréal soit l’épicentre comme la province de Hubei… Qu’est-ce qu’elles ont fait les autres provinces ? Elles se sont mises en mode de protection, on a diminué les échanges », a lancé vendredi Horracio Arruda en parlant de la province chinoise qui a vu naître la pandémie.

Lors de son point de presse quotidien avec le premier ministre du Québec, le directeur national de la santé publique n’a pas caché ses préoccupations devant la progression de la pandémie à Montréal et en Estrie.

Le nombre de cas de COVID-19 a bondi de 782 à 971 dans la principale ville du Québec. À l’échelle provinciale, près de la moitié des cas confirmés de la maladie se trouvent à Montréal.

Québec le répète : confiner davantage la métropole, ou certains de ses quartiers, n’est pas encore nécessaire. Mais vendredi, le docteur Arruda a évoqué clairement plusieurs scénarios si la situation se dégradait rapidement.

« Il y a sûrement des décisions qui vont être prises à Montréal et en Estrie plutôt que dans d’autres villes, puis il faut regarder l’effet que ça a sur le maintien de la paix sociale », a annoncé le directeur national de la santé publique.

Parmi les mesures à l’étude, il a cité le confinement de certains secteurs « chauds » ou encore des contrôles à l’entrée des ponts pour s’assurer que seuls se font des déplacements essentiels.

Le DArruda a par ailleurs reconnu que Côte-Saint-Luc, LaSalle, Parc-Extension, et Côte-des-Neiges étaient des « zones chaudes », particulièrement touchées par la pandémie.

« On peut être en plus grand contrôle des déplacements d’un secteur à un autre à l’intérieur de Montréal pour vérifier si les gens vont pour leur travail essentiel ou pas ou s’ils veulent aller ailleurs pour des questions de villégiature », a déclaré M.  Arruda.

Si ces mesures ne sont pas encore essentielles, elles pourraient être mises en place rapidement si la situation l’exigeait, a insisté le DArruda.

« C’est sûr que quand on confine des gens dans un territoire, on s’assure que la sécurité, les besoins essentiels soient là, là. On n’ira pas enfermer un secteur puis dire : Dans ce quartier-là, personne ne mange », a-t-il expliqué.

François Legault a quant à lui invité les Québécois à éviter Montréal et l’Estrie, autre région durement frappée par la pandémie.

« On n’est pas à l’étape de fermer ces régions-là, mais ne faisons pas exprès pour aller à Montréal ou aller en Estrie », a insisté le premier ministre.

Est-ce que des Montréalais réfugiés à la campagne ou en région devraient rentrer ? « Si quelqu’un est dans un chalet dans les Laurentides ou en Estrie, il est peut-être mieux de rester là, effectivement, a répondu le premier ministre. Donc, le moins de déplacements possible. Il n’y a pas d’autres recettes que ça. »

Les policiers en renfort

La mairesse Valérie Plante et la Dre Mylène Drouin, tête dirigeante de la Direction régionale de la santé publique (DRSP) de Montréal ont toutes deux confirmé que le souhait premier n’est pas d’adopter des mesures coercitives.

Ces scénarios existent bel et bien, mais si cela devait être mis en place, tout se fera de façon progressive. Malgré les rumeurs qui circulent et qui ont causé beaucoup de stress dans la population, comme l’a constaté la mairesse.

« Montréal ne ferme pas ses portes ». « Mais dans tous les cas, on est prêt », a tout de même précisé Valérie Plante lors d’une conférence de presse conjointe.

Dre Mylène Drouin annoncera samedi de nouvelles mesures plus contraignantes impliquant une participation active du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). « Il est maintenant justifié que Montréal fasse un pas de plus », a-t-elle affirmé. Selon Dre Drouin, « on ne peut plus tolérer aucun laisser-aller ».

Ainsi, les Montréalais doivent se préparer à des mesures qui ne sont pas déployées ailleurs au Québec. Il y aura donc une plus grande présence policière à travers tout Montréal. L’ensemble de l’île devra appliquer les mesures « de façon ferme » en dépit du fait que 38 % des cas confirmés jusqu’à présent concernent le centre-ouest de l’île (l’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce–Notre-Dame-de-Grâce-Notre-Dame-de-Grâce, les villes de Côte St-Luc, Hampstead, Westmount et les quartiers de Parc-Extension et du Mile-End, par exemple), le secteur dont font partie la plupart des arrondissements identifiés par le Dr Arruda.

Dre Mylène Drouin explique cette décision parce que Montréal connaît une transmission communautaire avérée de la COVID-19. C’est vrai dans environ le tiers des cas d’infection. Pour Dre Drouin, il ne fait aucun doute qu’il faut renforcer « le bouclier de prévention ».

Concrètement, la police pourrait être appelée à appliquer des ordonnances individuelles, c’est-à-dire s’assurer que les personnes infectées restent en isolement. Des contraventions pourraient être émises contre des commerçants qui ne sont pas des services essentiels et qui sont toujours ouverts, ou à l’égard de personnes participant à des rassemblements.

« On pourra aller aussi vers des mesures comme on voit en Europe, liées au contrôle des personnes dans l’espace public », a expliqué Dre Drouin.

Au secours des itinérants

Les mesures concerneront notamment les personnes en situation d’itinérance afin de les protéger. Valérie Plante a affirmé que cette population est à l’origine de sa décision puisque les refuges et les organismes de soutien ont « besoin de nous ».

Cinq centres d’aide seront créés afin d’accueillir jusqu’à 1000 personnes par jour. Un premier verra le jour au Square Cabot. Les autres lieux seront annoncés dans les prochains jours. L’état d’urgence local permet d’ailleurs à la Ville de réquisitionner les lieux privés si cela devait être nécessaire.

« Cette crise sanitaire ne doit pas devenir une crise humanitaire », a-t-elle affirmé.

En début de semaine, un itinérant qui fréquentait un refuge du centre-ville montréalais a été testé positif. Quelques jours plus tôt, la santé publique annonçait la transformation d’une aile de l’ancien hôpital Royal-Victoria en unité d’isolement pour les personnes en situation d’itinérance ; 50 lits y seront disponibles.