(Québec) Québec solidaire (QS) demande au gouvernement Legault de verser 2000 $ à tout citoyen qui en fait la demande pour le mois d’avril.

Patrice Bergeron
La Presse canadienne

Cette prestation universelle d’urgence pourrait coûter au bas mot 1 milliard dans un « scénario très pessimiste ».

QS soutient que Québec doit ainsi venir en aide aux contribuables en attente des fonds promis par le fédéral, qui n’arriveront vraisemblablement pas avant la mi-avril. Le gouvernement Legault a fait savoir qu’il n’écarte pas le versement d’une aide pour faire le pont jusqu’à l’arrivée des chèques d’Ottawa.

Dans une entrevue avec La Presse canadienne jeudi, le leader parlementaire de QS, Gabriel Nadeau-Dubois, fait valoir que 40 % des Québécois n’ont pas d’épargne en réserve et doivent vivre de chèque de paie en chèque de paie.

« Chaque jour, dans nos bureaux de circonscription, on reçoit des dizaines d’appels de gens qui nous disent qu’ils n’ont plus d’argent maintenant ou qu’ils n’en auront plus la semaine prochaine », a-t-il évoqué.

Or le loyer et les mensualités doivent être payés, tandis que les Québécois qui ont perdu leur emploi n’ont toujours pas touché de chèque d’Ottawa. QS propose une « porte d’entrée unique, facile et universelle » pour tous ceux qui ont besoin d’aide rapidement.

En deux versements

M. Nadeau-Dubois demande au gouvernement Legault de verser une première tranche de 1000 $ à tout citoyen qui en fera la demande le 1er avril, qu’il soit affecté ou non par la crise, puis un deuxième versement de 1000 $ le 15 avril, si le fédéral n’a toujours pas viré les montants attendus.

Ainsi, si un million de Québécois réclament le premier versement de 1000 $ dans un « scénario très pessimiste », il en coûtera un milliard de dollars au Trésor québécois.

QS réclame qu’aucun critère ne soit exigé pour simplifier la procédure et alléger la bureaucratie. En contrepartie, ce montant de 2000 $ serait imposable.

Québec y réfléchit

La co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, a fait la proposition au premier ministre François Legault lors d’un entretien téléphonique, a confirmé M. Nadeau-Dubois. M. Legault convient du « problème d’arrimage » et du « problème de délai » du fédéral, a rapporté le leader parlementaire de QS.

Au cours de sa conférence de presse quotidienne à l’Assemblée nationale, M. Legault a ouvert la porte à une éventuelle assistance financière aux contribuables.

« Nous sommes déjà en train de nous pencher sur des solutions de rechange si les chèques n’arrivent pas assez vite », a-t-il laissé savoir.

PLQ

De son côté, l’opposition officielle a également réclamé des mesures, mais pour les petites et moyennes entreprises (PME). Le Parti libéral (PLQ) demande au gouvernement de fournir une aide financière de 2000 $ aux entreprises qui bénéficient de la déduction pour petite entreprise.

Le PLQ propose aussi de réduire le seuil admissible à l’aide gouvernementale pour les entreprises de 50 000 $ à 10 000 $.