Des tensions s’installent dans les magasins alors que la panique et l’anxiété se sont emparées des consommateurs, effrayés à l’idée de manquer de provisions face à l’isolement préventif provoqué par la COVID-19, dont on tente d’éviter la propagation. Le premier ministre a cependant été clair : « On ne prévoit aucune pénurie de nourriture », a-t-il assuré vendredi midi.

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

Vendredi matin dans le métro de Montréal règne une inhabituelle odeur de liquide désinfectant pour les mains. Quelques passagers dévisagent quiconque ose tousser en public. Les wagons habituellement très achalandés sont presque vides.

>>> Abonnez-vous à notre infolettre

Un contraste flagrant avec les magasins à grandes surfaces, dont les allées bondées ont des allures de fin du monde. Dans l’arrondissement d’Anjou, plusieurs centaines de personnes attendent l’ouverture à 10 h du Costco.

« Tu rentres en dedans, pis tu fermes ta gueule », « Tabarnak, dépasse-moi pas » et « Avance, criss de conne », peut-on entendre parmi les gens qui se dépassent, s’insultent et se bousculent. Un vieil homme chuchote même une insulte à une femme d’origine maghrébine, lui disant « de ne pas dépasser comme elle le fait dans son pays. » Les commentaires impatients et agressifs fusent de partout.

Que veulent tous ces gens ? Des denrées non périssables, mais surtout du papier de toilette.

Un citoyen vêtu d’un masque N95 et de gants attend l’ouverture du détaillant depuis au moins 30 minutes. « On est trois chez moi et il ne me reste que six rouleaux. Je vais en acheter deux paquets. »

Au Costco à Laval, la police est intervenue pour assurer une circulation fluide due à l’achalandage inhabituel, confirme Geneviève Major, porte-parole du Service de police de Laval.

« Nous sommes présents depuis l’ouverture […] Le Costco à Laval se trouve à proximité de la voie de desserte de l’autoroute 440 et le stationnement était saturé, donc la circulation débordait. »

Pas de pénurie en vue, assure Legault

En conférence de presse vendredi midi, le premier ministre François Legault a néanmoins été clair : « On ne prévoit aucune pénurie de nourriture », a-t-il assuré. « C’est important que les gens ne s’inquiètent pas. »

Les épiceries continueront d’être approvisionnées, les camionneurs pourront livrer leurs marchandises, a-t-il insisté. « Je rappelle que les camionneurs et tout le personnel navigant [transport aérien et maritime] ne sont pas soumis à la règle d’isolement de 14 jours. Il n’y a pas d’inquiétude à y avoir de ce côté. »

À l’ouverture du Costco d’Anjou, peu avant la conférence de presse, le personnel peinait à appliquer le protocole qui leur indique de désinfecter les poignées des chariots d’épicerie. La foule se ruait directement vers le papier hygiénique.

« C’est l’enfer ici », soupire un client en tenant un format familial de papier de toilette à bout de bras.

« Il n’y a plus de papier toilette ! », finit par crier un employé, suivi d’un agent de sécurité. Il n’est pourtant que 10 h 15.

Faire ses provisions

Au Walmart de Saint-Léonard, le papier de toilette est également l’item le plus convoité. En matinée, plusieurs ressortent du magasin avec des dizaines de rouleaux. « Mes enfants m’ont appelé hier pour me prévenir que tout le monde en achète. J’en ai pris pour toute la famille », explique une femme au chariot débordant de victuailles. Pourquoi se jeter spécifiquement sur le papier de toilette ? « Qu’est-ce qu’on ferait sans ? », rétorque la dame.

Elle est loin d’être la seule à considérer l’objet comme indispensable. « J’en ai acheté simplement car je vois tout le monde en prendre et je ne veux surtout pas en manquer », dit sa voisine de stationnement. Elle n’avait que du papier de toilette dans le coffre de sa voiture. « Je reviendrai plus tard acheter autre chose. Je suis juste passé pour le papier, car je sais que les gens se jettent dessus. »

Il est seulement 8 h et le rayon des surgelés du Maxi commence à se dégarnir. La totalité des clients avait au moins 48 rouleaux, en prévision d’une éventuelle quarantaine liée au virus. Carole et Jean Lefort ont décidé d’affronter la cohue, protégés par des gants. « Non, on n’a pas peur du virus, mais les gants nous empêchent de nous toucher la face », a dit M. Lefort alors qu’il se trouvait dans la file interminable.

Le couple montréalais est de retour du Walmart, où dès l’ouverture les gens se sont jetés sur le papier de toilette. « C’était pire qu’au Boxing Day. Tu arrives proche du papier de toilette, les gens te regardent d’un air anxieux, menaçant. Ça fait peur », décrit Mme Lefort.

Plus loin, une femme avance avec un panier d’épicerie rempli de papier de toilette et de nourriture en conserve. « Une quarantaine, c’est 40 jours. Je dois faire des provisions », dit-elle nerveusement.

Les immenses sacs de sucre, de riz et de farine qui disparaissent à grande vitesse témoignent des craintes de manquer de provisions. En fin d’avant-midi, la razzia des clients inquiets continuait à vider les tablettes.

– Avec Judith Lachapelle, La Presse