La direction du CHU Sainte-Justine avise son personnel soignant ayant récemment visité certains pays affectés par le COVID-19 de ne pas se présenter au travail, allant jusqu’à suggérer d’éviter les voyages.

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

La « progression préoccupante » du virus dans plusieurs régions du monde explique cette initiative.

« Le CHU Sainte-Justine doit faire preuve de leadership et de prudence face à cette pandémie et nous prenons des mesures pour éviter d’introduire ce virus au sein de l’institution », peut-on lire dans un courriel de la direction des services professionnels destiné aux employés en date du 9 mars.

La direction demande à tout le personnel soignant qui a séjourné à certains endroits au cours des deux dernières semaines de ne pas se présenter au travail.

Les pays mentionnés sont la Chine, Hong Kong, la Corée du Sud, l’Iran, l’Inde, l’Égypte, le Japon, Singapour. Le nord de l’Italie et la ville américaine de Seattle font aussi partie de la liste, tout comme les régions de la Haute-Savoie, de l’Oise, de Mulhouse et du Morhiban, en France.

On va même jusqu’à conseiller au personnel d’éviter les voyages. « Dans le contexte actuel, vos projets de voyage devraient se limiter à des forces majeures », prévient-on.

Ces demandes ne se limitent pour le moment qu'à l'hôpital Sainte-Justine et ne proviennent pas du gouvernement provincial.

« On prend acte de la directive de Sainte-Justine, a confirmé l’attaché de presse de la ministre de la Santé Danielle McCann, Alexandre Lahaie, à La Presse. On suit la situation, qui évolue rapidement, de très près. Si la situation le commande on n'exclut pas [d'étendre les mesures à tous les établissements], mais nous ne sommes pas rendus là aujourd'hui. »

Au centre hospitalier de l'université de Montréal (CHUM), aucune consigne limitative n'a été donnée pour l'instant pour les voyages personnels ou professionnels. « Toutefois, nos chercheurs se mettent en isolement volontaire à leur retour de voyage et effectuent du télétravail », confirme Lucie Dufresne, porte-parole au centre hospitalier.

Le Centre universitaire de santé McGill a également déclaré à La Presse mardi matin ne pas avoir mis en place les mêmes mesures, mais que la situation pourrait changer.

Les employés des hôpitaux Maisonneuve-Rosemont et Santa Cabrini, situés dans l'est de l'île de Montréal, n'ont reçu aucune consigne similaire, assure Christian Merciari, relationniste du CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal.