(Sherbrooke) Le CIUSSS de l’Estrie-CHUS lance un appel à l’aide à la population afin de trouver du renfort en « zone chaude » permettant d’offrir un répit au personnel soignant à bout de souffle.

Ugo Giguère, Initiative de journalisme local
Initiative de Journalisme Local

En conférence de presse, lundi, la directrice des ressources humaines, des communications et des affaires juridiques, Josée Paquette, a invité toute personne ayant une formation d’infirmière, d’infirmière auxiliaire ou d’inhalothérapeute à s’inscrire sur le site « besoindevous.ca ».

« C’est vraiment dans ces types de services là qu’on a besoin de personnes peut-être à la retraite, peut-être dans un service privé à temps partiel et qui ont le goût de relever de nouveaux défis », a-t-elle lancé. Ces gens doivent détenir un permis de pratique de leur ordre professionnel.

Dans son plaidoyer visant à trouver du renfort, Josée Paquette a insisté sur l’importance de donner un répit aux équipes de soins qui « redoublent d’ardeur depuis des semaines, qui font beaucoup de temps supplémentaire, trop ».

La directrice des ressources humaines du CIUSSS de l’Estrie-CHUS précise que les besoins se situent en zone chaude, auprès de la clientèle atteinte de la COVID-19 et que les besoins sont particulièrement criants durant les quarts de travail de nuit et de fin de semaine.

« On va prendre à bras ouverts toutes les candidatures », a mentionné Mme Paquette avant d’ajouter plus tard qu’elle souhaiterait recruter « quelques dizaines de personnes ».

Une série d’éclosions dans des centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) ainsi que dans d’autres résidences et établissements de soins ont eu pour conséquence de contaminer des membres du personnel et de renforcer la pression sur les équipes.

La direction de la santé en Estrie s’est d’ailleurs vue forcée de prendre des mesures de délestage pour libérer du personnel pouvant aller en renfort dans les zones chaudes.

« On met les bouchées triples pour engager du nouveau personnel, mais il se fait très rare dans le type de ressources dont on a besoin », assure Mme Paquette.

Pour le moment, l’Estrie compte 36 patients hospitalisés, dont quatre aux soins intensifs. On compte toutefois encore 1039 cas actifs dans la région. On a d’ailleurs annoncé, lundi, 77 nouveaux cas et deux décès supplémentaires.