Le « Noël tranquille » que le Québec s’apprête à vivre, comme dans bien d’autres endroits dans le monde, soulève avec raison son lot de questions et d’interrogations dans la population. Pour mieux s’y retrouver, voici, en quelques points, les principaux éléments à retenir de l’annonce du gouvernement Legault au sujet de l’annulation des rassemblements en zones rouges, pendant le temps des Fêtes.

Henri Ouellette-Vézina Henri Ouellette-Vézina
La Presse

Pourquoi le gouvernement a-t-il décidé d’annuler les rassemblements ?

C’est parce qu’il semble irréaliste, à ce stade, de penser que le Québec parviendra à abaisser la courbe de transmission de la COVID-19 d’ici Noël. « On est obligés de se rendre à l’évidence », a dit jeudi le premier ministre François Legault, qui avait prévenu ses concitoyens que la possibilité de devoir annuler les rassemblements autorisés – tout au plus deux entre le 24 et le 27 décembre – était bien réelle. Rappelons qu’au cours des deux derniers jours, les autorités ont recensé 1514 et 1470 nouveaux cas de contamination au coronavirus. Cela est bien loin des cibles fixées récemment par le directeur national de santé publique, Horacio Arruda, qui avait suggéré qu’il faudrait être redescendu sous la barre des 1000 cas pour qu’il soit permis de se réunir à Noël. Dans les résidences pour aînés, les passages seront aussi limités pendant le temps des Fêtes. Les personnes souhaitant visiter un proche devront d'aborder communiquer avec l'établissement concerné.

Qu’arrive-t-il avec le calendrier scolaire ?

A priori, rien ne change pour ce qui est des modifications déjà annoncées au calendrier scolaire afin de réduire la présence des élèves en classe avant et après la période des Fêtes. « L’idée est d’arriver au mois de janvier dans le meilleur état possible, de tout faire pour casser la vague », a dit M. Legault à ce sujet. Comme prévu, l’enseignement se fera donc à distance à partir du 17 décembre. Au primaire, le retour en classe se fera à la date prévue, alors qu’au secondaire, il se fera le 11 janvier. Les écoles spécialisées, elles, demeurent exemptées et poursuivront selon le même horaire. Les recommandations aux entreprises restent aussi les mêmes : elles doivent favoriser le télétravail au maximum durant cette période.

Comment ça se passe en zones jaunes et orange ?

Il est encore permis pour les résidants de zones jaunes ou orange de tenir des rassemblements de 10 ou 6 personnes respectivement. Il demeure toutefois interdit de quitter une zone rouge pour aller se rassembler en zone orange ou jaune, a souligné Québec, qui espère que « le moins possible » de personnes transgresseront cette règle. « À part le Nord-du-Québec, incluant l’Abitibi-Témiscamingue, puis le Bas-Saint-Laurent–Gaspésie, quelques sous-régions dans les Laurentides et l’Outaouais, tout le monde est en zone rouge », a rappelé le chef de la CAQ jeudi. Il a toutefois de nouveau encouragé tout un chacun à rendre visite à une personne seule, « idéalement » avec un masque, à deux mètres et « pas trop longtemps ». Les rassemblements extérieurs restent interdits par ailleurs. « C’est comme un marathon. […] Ce n’est pas les premiers kilomètres qui sont difficiles, c’est les derniers. Là, ça fait neuf mois que les Québécois font des efforts, mais les plus difficiles, ça va être les trois ou quatre prochains mois », a affirmé M. Legault. Des amendes de 1000$ et plus pourront être remises à ceux qui ne respectent pas les consignes. Québec a d'ailleurs entamé des discussions avec les corps policiers pour assurer une surveillance pendant les Fêtes.

Le magasinage des Fêtes est-il affecté ?

Oui et non. Les commerces, grandes surfaces et centres commerciaux pourront demeurer ouverts et on pourra y acheter ses cadeaux de Noël, sauf que les règles sanitaires devront y être resserrées dès vendredi. Mercredi, la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, a annoncé plusieurs mesures pour prévenir les éclosions. Le nombre de clients autorisé à l’intérieur devra être calculé selon le nombre de mètres carrés de l’établissement, divisé par 20. « Par exemple, un magasin de 9000 mètres carrés, il pourrait y avoir 450 personnes », a illustré Mme Guilbault. La distanciation sociale devra aussi être possible partout à l’intérieur et dans la file d’attente. Des inspecteurs de la CNESST et les policiers exerceront d’ailleurs une surveillance accrue, surtout pendant le Boxing Day.

Quelle est la situation dans les autres provinces ?

Plusieurs autres provinces ont déjà limité ou restreint les rassemblements aux membres du même foyer. C’est le cas de l’Ontario, où la progression du nombre de cas est forte depuis quelques jours ; jeudi, on y a recensé 1824 nouvelles infections et la barre des 200 patients aux soins intensifs a été franchie. L’Alberta, qui subit aussi une hausse marquée des infections, a annoncé la semaine dernière une série de restrictions, dont l’interdiction des rassemblements à l’intérieur et la fermeture de plusieurs types de commerces. Dans les Maritimes, la situation est beaucoup plus stable. Avec six cas déclarés jeudi, le Nouveau-Brunswick autorise les rassemblements de 20 personnes à l’intérieur et de 50 personnes à l’extérieur, en phase jaune. Toutefois, en phase orange, seuls les membres d’une même bulle peuvent se réunir à l’intérieur du foyer, et à l’extérieur, les rassemblements ne devront pas excéder 10 personnes.