(Ottawa) Les provinces et territoires recevront sous peu les puissants réfrigérateurs indispensables pour entreposer à une température de -80 degrés Celsius le vaccin contre la COVID-19 produit par Pfizer et BioNTech en prévision d’une campagne de vaccination qui se mettra en branle au pays au début de 2021.

Joël-Denis Bellavance Joël-Denis Bellavance
La Presse

Ces réfrigérateurs achetés par le gouvernement fédéral seront installés sur des lieux de distribution choisis par les provinces alors que l’on s’attend à ce que Santé Canada approuve ce premier vaccin d’ici une dizaine de jours, soit un calendrier qui s’apparente à celui de la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis et de l'Agence européenne du médicament.

Chaque province et territoire obtiendra au moins un de ces réfrigérateurs qui devront être installés et fonctionnels au plus tard le 14 décembre, de sorte que l’on soit prêt à recevoir les premières doses du vaccin dans les prochaines semaines, a indiqué le major général Dany Fortin, qui est le vice-président de la logistique et des opérations à l'Agence de la santé publique du Canada et chef de la distribution de vaccins au pays.

En conférence de presse, le major général a affirmé que le vaccin sera livré directement par le fabricant aux points de distribution identifiés par les provinces étant donné qu’il doit être maintenu à une température ultra-basse.

Estimant que cette opération de distribution est la plus complexe et ambitieuse de l’histoire du pays, le major général a précisé que des tests de pratique seront menés dès lundi prochain dans toutes les provinces. Le but de cet exercice est de s’assurer que le déploiement se déroule sans anicroche une fois que le vaccin sera approuvé.

Selon l’administrateur en chef adjoint de la Santé du Canada, le Dr Howard Njoo, le Canada devrait recevoir au moins six millions de doses de ce premier vaccin – une quantité qui permettra de vacciner trois millions de Canadiens compte tenu que l’on doit administrer deux doses à un intervalle de trois semaines. Selon M. Njoo, les populations les plus à risque recevront le vaccin en premier.

D’autres mesures seront mises en oeuvre pour la distribution des autres vaccins qui sont aussi prometteurs et qui doivent être conservés à des températures de -20 degrés Celsius tels que le vaccin de Moderna, d'AstraZeneca/Oxford et de Johnson & Johnson. Ces vaccins seront acheminés par des fournisseurs de services privés dans les centres de distributions choisis par les provinces et territoires. Le major général Dany Fortin a indiqué qu’il pourrait y avoir jusqu’à 205 points de service dans les provinces pour ces vaccins qui exigent une logistique de distribution moins complexe que le vaccin de Pfizer/BioNTech.

Rappelons que le Royaume-Uni a approuvé mercredi le vaccin de Pfizer de BioNTech et qu’une campagne de vaccination devrait commencer dès la semaine prochaine.

Aux Communes, les députés ont débattu une motion présentée par le chef du Parti conservateur Erin O’Toole exigeant du gouvernement Trudeau qu’il présente d’ici au 16 décembre un plan détaillé du déploiement des vaccins attendus au Canada.

Le Parti conservateur, le Bloc québécois et le NPD accusent le gouvernement Trudeau d’être à la traîne comparativement aux autres pays comme le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Australie et les États-Unis en ce qui a trait à l’obtention des vaccins et à leur distribution.

« Sans un plan pour le déploiement d’un vaccin, il ne peut y avoir de plan pour l’économie », a lancé le chef conservateur Erin O’Toole durant le débat.

PHOTO ADRIAN WYLD, LA PRESSE CANADIENNE

Le chef conservateur Erin O’Toole

« Les Canadiens ont le droit de commencer Noël en sachant qu’il y a un plan. Il faut que 2021 soit au moins une meilleure année que 2020. Mais ce gouvernement a été lent à chaque étape, avec la frontière, avec les équipements, avec l’aide, avec les tests rapides et maintenant avec le vaccin », a-t-il dit.

Sa motion, qui sera appuyée par le Bloc québécois et le NPD, demande donc au gouvernement de présenter un rapport d’ici le 16 décembre qui précisera la façon dont chaque type de vaccin sera livré en toute sécurité au Canada, entreposé et distribué à la population canadienne. La motion exige aussi qu'Ottawa précise la date à laquelle chaque type de vaccin commencera à être déployé au Canada et les taux de vaccination mensuels prévus et que le gouvernement dévoile toute directive fédérale prévue en ce qui concerne le déploiement du vaccin par groupe prioritaire, comme les travailleurs des soins de santé de première ligne et les aînés. Enfin, la motion exige la publication du plan de distribution du vaccin aux communautés autochtones, aux membres des Forces armées canadiennes et aux anciens combattants

Répliquant aux critiques des partis de l’opposition, la ministre de la Santé, Patty Hajdu, a affirmé que tout ce travail colossal doit être fait en collaboration avec les provinces.

« Nous nous attendons à ce que des vaccins soient disponibles au début de 2021. Les stocks initiaux de vaccins seront limités et seulement trois millions de Canadiens pourront y avoir accès. Comme le nombre de vaccins sera initialement limité, nous devrons déterminer stratégiquement qui se fera vacciner en premier », a souligné la ministre.