Une dizaine de personnes ont manifesté devant le centre gériatrique Maimonides pour exiger des mesures d’urgence afin de stopper la propagation dans ce CHSLD, comme la fin de la mobilité des employés entre les zones froides et les zones chaudes. Une cinquantaine de résidants ont été infectés par la COVID-19 dans les 15 derniers jours.

Véronique Lauzon Véronique Lauzon
La Presse

Le père de Joyce Shanks vit dans ce CHSLD de l’ouest de Montréal depuis cinq ans. « Il n’a pas pogné la COVID, grâce à Dieu, mais nous avons peur », a lancé Mme Shanks, membre du Comité de défense des familles de Maimonides, qui a pris la parole jeudi après-midi pour dénoncer la situation.

Le comité affirme que le manque de personnel dans le centre gériatrique « oblige le personnel infirmier à travailler à plusieurs étages ou dans plusieurs ailes, y compris entre les zones chaudes et les zones froides ».

Le CIUSSS dit qu’il n’y en a pas, de pénurie de personnel. Mais on a des témoins qui nous disent le contraire, dont des membres du personnel, mais ils ont peur de parler publiquement et de perdre leur job.

Joyce Shanks

Les membres du comité demandent au gouvernement Legault d’envoyer la Croix-Rouge et une équipe d’intervention pour protéger les résidants et le personnel. Dans les deux dernières semaines, 52 résidants ont été infectés par la COVID-19 et 4 sont morts. De plus, 20 membres du personnel et 7 proches aidants du CHSLD ont été déclarés positifs.

« Tous le même but »

Le maire de la Ville de Côte-Saint-Luc, Mitchell Brownstein, a livré un message émotif en parlant notamment de son cousin de 62 ans qui a perdu la vie durant la première vague dans ce CHSLD. « Ce n’est pas acceptable d’avoir 52 cas positifs à la COVID dans un immeuble où il y a beaucoup de personnes vulnérables. Ce sont nos parents, nos grands-parents », a-t-il dit.

En conférence de presse jeudi, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a souligné qu’avec l’aide de son équipe, il allait élaborer un plan pour tenter de contrôler les éclosions dans les trois CHSLD « qui sont en situation délicate », dont celui dans Côte-Saint-Luc. Il a été question d’envoyer du « personnel supplémentaire » si nécessaire.

Lorsqu’une employée de l’équipe de David Birnbaum, député libéral de D’Arcy-McGee, a annoncé que le ministre venait d’affirmer qu’il allait intervenir rapidement, les manifestants ont applaudi la nouvelle.

« Nous partageons tous le même but, celui de sauver des vies », a confié Joyce Shanks.