Le Québec rapporte 1301 nouveaux cas confirmés de COVID-19 ainsi que 29 décès supplémentaires.

Pierre-André Normandin
Pierre-André Normandin La Presse

Dans son bilan quotidien, le ministère de la Santé indique que la province a enregistré 30 nouveaux décès, mais un décès rapporté précédemment a été retranché du bilan, les analyses ayant démontré que la COVID-19 n’était pas la cause de la mort.

Le bilan quotidien variant beaucoup d’un jour à l’autre, ces 29 décès supplémentaires portent à 26 la moyenne des décès par jour depuis une semaine.

C’est en Montérégie où l’on déplore le plus de nouveaux décès vendredi, soit sept, suivi de la Capitale-Nationale, avec cinq. Ces deux régions affichent le plus lourd bilan en vies cet automne avec 175 décès chacune depuis le 1er septembre.

On déplore également quatre décès à Montréal, quatre dans Lanaudière et trois au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

L’Outaouais et Chaudière-Appalaches rapportent quant à elles deux décès chacune et les Laurentides et l’Estrie, un.

Les données de l’INSPQ montrent que la hausse des décès se concentre surtout dans les CHSLD. Les décès ont augmenté de 16% dans ces installations depuis une semaine.

Tendance à la hausse dans plusieurs régions

La tendance à la hausse dans les cas de COVID-19 est toujours bien en place au Québec. Les données par date réelle indiquent même que la province a établi un nouveau record mercredi, alors que 1325 tests se sont avérés positifs. Au sommet de la première vague ce printemps, le record avait été de 1103 cas découverts en une journée.

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean a rapporté vendredi 82 nouveaux cas, ce qui est significativement moins que les jours précédents. Ce bilan a ainsi freiné la forte tendance à la hausse observée dans cette région. Elle reste néanmoins la plus fortement touchée au Québec avec un taux de 48 cas par 100 000 habitants.

Lanaudière poursuit sa tendance à la hausse, avec 151 nouveaux cas ce vendredi. Elle affiche ainsi 31 cas par 100 000 habitants.

Outre ces deux régions, une tendance à la hausse dans les cas se fait sentir aussi dans la Capitale-Nationale, en Estrie, à Montréal, à Laval, dans les Laurentides et en Montérégie.

Hospitalisations à risque

Par ailleurs, le Québec enregistre une hausse marquée des cas de COVID-19 à risque d’hospitalisation. La situation dans les hôpitaux devrait néanmoins demeurer sous contrôle pour les quatre prochaines semaines, prévoit l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS).

Depuis le début de l’automne, l’organisation suit l’évolution de la pandémie au Québec afin de tenter de prévoir son impact sur le réseau de la santé. Dans sa plus récente mise à jour, l’INESSS note que le nombre de cas a augmenté du quart récemment. La province a rapporté 8537 nouveaux cas du 2 au 8 novembre, contre 6911 la semaine précédente.

La hausse est particulièrement marquée chez certaines populations plus à risque. Les cas chez les personnes de 80 ans et plus ont augmenté de 65 % et de 40 % chez les gens présentant une forte comorbidité.

« Parmi les cas confirmés du 2 au 8 novembre, on observe un nombre plus élevé de personnes âgées ou de personnes ayant un profil avec forte comorbidité », peut-on lire dans son plus récent rapport.

Des 8500 nouveaux cas, l’INESSS évalue que 453 sont à risque d’hospitalisation, ce qui représente une hausse de 40 % par rapport à la semaine précédente.

L’Institut note néanmoins que les hospitalisations sont toujours stables et n’anticipe pas que la capacité des hôpitaux soit atteinte. Du moins, pour le moment. L’INESSS prévient que ses projections sont basées sur les données remontant à dimanche dernier et ne tiennent ainsi pas compte de la récente augmentation des hospitalisations observée depuis lundi.

La stabilisation des hospitalisations devrait se poursuivre dans le Grand Montréal, mais l’INESSS note que la situation est plus difficile à évaluer à l’extérieur en raison de fortes variations des cas entre les régions.

Consultez tous nos graphiques interactifs à propos de la COVID-19 ici.