Quelque 1234 nouveaux cas se sont ajoutés au bilan quotidien du Québec samedi, un chiffre qui n’a été dépassé que deux fois depuis l’apparition du virus. La province a enregistré 29 décès supplémentaires liés à la COVID-19, dont 11 survenus dans les dernières 24 heures. Le Québec s’en sort relativement bien en comparaison du Manitoba et de l’Alberta, où le virus progresse rapidement.

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

Éric-Pierre Champagne Éric-Pierre Champagne
La Presse

Samedi a été la troisième journée de suite où le bilan journalier a dépassé les 1000 cas. Au total, 113 423 Québécois ont été contaminés depuis le début de cette pandémie.

Le nombre cumulatif de décès s’élève à 6431 en raison du retrait d’un décès survenu en Estrie. L’enquête a montré qu’il n’était pas attribuable à la COVID-19. Des 29 morts rapportées samedi, 11 sont survenues dans les 24 dernières heures, 13 entre le 31 octobre et le 5 novembre et 5 survenues avant le 31 octobre.

  • INFOGRAPHIE LA PRESSE

  • INFOGRAPHIE LA PRESSE

  • INFOGRAPHIE LA PRESSE

  • INFOGRAPHIE LA PRESSE

1/4
  •  
  •  
  •  
  •  

« On demeure sur un plateau et il sera difficile d’en descendre », indique Benoit Mâsse, professeur à l’École de santé publique de l’Université de Montréal.

On n’a pas beaucoup de choses pour nous aider à diminuer les cas. On a déjà coupé dans la majorité des contacts. Il est primordial d’améliorer notre capacité de traçage, mais quand ce sera fait, ça ne portera pas ses fruits instantanément.

Benoit Mâsse, professeur à l’École de santé publique de l’Université de Montréal

Le nombre d’hospitalisations à travers la province a baissé de 16 par rapport à la veille, soit au total de 523. On précise que 61 personnes atteintes de la COVID-19 sont entrées en centre hospitalier, alors que 77 en sont sorties.

Parmi les patients hospitalisés, 78 se trouvaient aux soins intensifs, soit un de plus que vendredi.

Même si le nombre de décès rapportés demeure élevé, le Québec fait somme toute bonne figure par rapport à d’autres endroits où on remarque des augmentations par 100 000 habitants importantes, selon M. Mâsse.

Le Manitoba surpasse le Québec

La COVID-19 gagne du terrain dans l’ouest du pays, particulièrement au Manitoba, qui est désormais l’épicentre de la pandémie au Canada. La moyenne de cas par 100 000 habitants dépasse dorénavant celle du Québec, et ce, depuis une semaine, au point que des médecins demandent au gouvernement de resserrer de façon draconienne les mesures sanitaires.

Le Manitoba a vu le nombre de cas de COVID-19 exploser au cours des dernières semaines. À 58,4 cas (par 100 000 habitants), le 19 octobre, le bilan a connu une hausse constante par la suite, atteignant même 350 cas le 30 octobre. Ce jour-là, un groupe de médecins manitobains a d’ailleurs écrit au gouvernement pour le presser de généraliser les mesures de confinement, au lieu de favoriser des actions plus ciblées. Les autorités avaient annoncé le même jour que Winnipeg passait au rouge : fermeture des salles de concert, des cinémas, des restaurants et des centres sportifs.

PHOTO SHANNON VANRAES, ARCHIVES REUTERS

Le Manitoba a vu le nombre de cas de COVID-19 exploser au cours des dernières semaines.

La situation ne s’est pas améliorée cependant, le Manitoba affichant maintenant, et de loin, le pire bilan au pays, devant l’Alberta et le Québec. Mercredi, la province accusait un bilan de 311 cas par 100 000 habitants.

Dans une seconde lettre, publiée jeudi, le même groupe de médecins a encore réclamé au gouvernement des actions plus musclées pour contenir l’épidémie, notamment à Winnipeg. Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, a rejeté cette option, tout en annonçant des sommes supplémentaires pour faire respecter les mesures en place ainsi qu’une nouvelle campagne de publicité pour sensibiliser les jeunes.

Il faudra voir si ces nouvelles mesures seront suffisantes pour améliorer le bilan manitobain, dont la moyenne des sept derniers jours s’établit maintenant à 214 cas quotidiens par 100 000 habitants.

Le bilan s’aggrave en Alberta

Si la situation n’est pas aussi dramatique qu'au Manitoba, la contamination continue de prendre de l’ampleur en Alberta, qui affiche un bilan de 130 cas quotidiens par 100 000 habitants, devant le Québec (121 cas). Depuis le 29 octobre, les nouveaux cas se multiplient. La moyenne sur sept jours s’établit maintenant à 110 cas quotidiens (par 100 000 habitants), alors que ce taux était largement inférieur à 100 pendant la majorité du mois d’octobre. Les autorités sanitaires sont particulièrement inquiètes pour Calgary, où le taux de contamination est supérieur à celui d’Edmonton. Des mesures de resserrement supplémentaires ont été mises en place dans ces deux villes en octobre.

Le scénario se répète aussi en Colombie-Britannique, où les cas sont également en hausse depuis la mi-octobre. La province affiche une moyenne sur sept jours de 69 cas quotidiens, toujours par 100 000 habitants. Une augmentation substantielle par rapport au 16 octobre et sa moyenne de 28 cas.

L’Ontario, souvent comparé au Québec, n’échappe pas au phénomène, bien que les cas y soient toujours largement inférieurs en proportion du nombre d’habitants. La province affiche une moyenne de 61 cas quotidiens par 100 000 habitants, la moyenne du Québec est de 120 cas.

Trudeau inquiet

Lors d’un point de presse, vendredi à Ottawa, le premier ministre Justin Trudeau s’est inquiété de voir la COVID-19 reprendre de la vigueur, particulièrement dans l’ouest du pays. « La situation est sérieuse », a-t-il déclaré.

L’élu a notamment souligné que « l’hiver s’en vient » et a dit craindre que la saison froide n’aggrave la propagation. Qui dit temps froid dit fenêtres fermées, ce qui pourrait accentuer les problèmes d’aération, un facteur favorisant la contagion, a-t-il résumé.