Un rassemblement illégal au studio du DJ et producteur montréalais Frédérik Durand, alias Snails, a été stoppé tôt samedi matin par les policiers, qui n’ont cependant remis aucun constat d’infraction.

Nicolas Bérubé
Nicolas Bérubé La Presse

Selon nos informations, une vingtaine de personnes faisaient la fête dans le studio, alors que les rassemblements sont interdits à Montréal, qui est en zone rouge et qui vit un pic de transmission du nouveau coronavirus.

Alertés par le bruit, des voisins ont tenté en vain d’intervenir.

J’ai mis mon masque et je suis allé les voir, mais ils continuaient de faire la fête. Ils ne me regardaient même pas, c’est comme si j’étais invisible.

Témoin vivant dans le voisinage, qui a demandé à garder l’anonymat

Ce sont finalement les policiers du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) qui, appelés sur les lieux vers 2 h, samedi matin, ont fait cesser le rassemblement, selon les relations médias du SPVM.

« Des policiers se sont rendus dans un bâtiment de la rue Saint-Jacques, dans le quartier Saint-Henri, après avoir reçu des signalements concernant la tenue d’un rassemblement où les mesures sanitaires n’étaient pas respectées. Les personnes présentes se sont montrées coopératives après avoir reçu un avertissement. Aucun constat d’infraction n’a donc été donné », note le SPVM.

Les représentants de Frédérik Durand n’ont pas répondu à la demande d’entrevue de La Presse.

Frédérik Durand a donné plus de 450 spectacles dans le monde et enregistré plus de 128 millions d’écoutes en ligne pour ses albums.

Samedi, en Outaouais, une centaine d’étudiants étrangers qui festoyaient dans une maison louée, en zone rouge, ont reçu la visite de la police, et 83 d’entre eux ont reçu une amende de 1000 $ pour non-respect des mesures sanitaires.