Après Facebook, c’est au tour de Google de bannir de façon définitive la chaîne Radio-Québec de sa plateforme YouTube, pour violation de sa politique contre la désinformation médicale entourant la COVID-19. Son animateur, Alexis Cossette-Trudel, se dit victime de censure.

Tristan Péloquin Tristan Péloquin
La Presse

La fermeture de la chaîne suivie par des dizaines de milliers de personnes survient quelques jours après la diffusion par M. Cossette-Trudel d’une vidéo intitulée « Le remède est arrivé ». Il y affirmait qu’« on a la cure pour le COVID ». Il basait ses propos sur les déclarations publiques du président américain Donald Trump, qui a soutenu avoir été guéri de la COVID-19 par le médicament expérimental Regeneron. « Le médicament l’a guéri de la COVID en 24 heures ou en 48 heures. Le Regeneron guérit de la COVID presque instantanément », soutenait M. Cossette-Trudel dans sa vidéo, ajoutant que les hôpitaux « vont se vider » et qu’il n’y aura plus aucun décès, « zéro hospitalisation » grâce à ce remède qui sera « en vente libre partout ».

« Est-ce qu’on veut continuer à confiner nos populations, à détruire l’économie, à briser les familles, pour notre hystérie COVID, alors qu’aux États-Unis, ils ont tout réglé le problème avec le Regeneron ? », demandait M. Cossette-Trudel.

YouTube dit avoir décidé de fermer la chaîne de M. Cossette-Trudel parce qu’il s’agit de « désinformation au niveau médical. » « Nous avons des politiques claires contre les propos affirmant que le virus est une supercherie, les propos qui promeuvent des remèdes médicaux non fondés, ou qui encouragent les gens à ne pas consulter des professionnels de la santé. C’était une vidéo de trop et on a mis fin à sa chaîne », a indiqué à La Presse la porte-parole de Google, Luiza Staniec.

La chaîne de M. Cossette-Trudel a également été fermée par Facebook la semaine dernière, dans le cadre d’un renforcement de sa « politique sur les personnes et les organisations dangereuses » visant à éliminer les contenus liés à la théorie conspirationniste QAnon. Le réseau social a banni toutes les références à ce groupe complotiste américain qui soutient que l’élite démocrate mondialiste est sous le contrôle d’un cercle pédo-sataniste. M. Cossette-Trudel a longtemps été un des apôtres de ce mouvement au Québec.

Six vidéos retirées en six mois

Au cours des six derniers mois, Google avait pour sa part retiré six vidéos de M. Cossette-Trudel sur YouTube. « Dans nos règlements, il y a une règle de trois avertissements. On met fin aux chaînes qui contreviennent à nos politiques trois fois en 90 jours », indique Mme Staniec. La multinationale dit avoir reçu de nombreuses plaintes et signalement d’utilisateurs ces dernières semaines, « ce qui a déclenché une révision complète de tout le contenu disponible sur cette chaîne ».

« Lorsque nous réévaluons l’ensemble du contenu et identifions plusieurs infractions de nos politiques lors du même examen, nous mettons fin à cette chaîne de façon systématique », a précisé Mme Staniec.

Cossette-Trudel se dit victime de censure

Joint par La Presse, M. Cossette-Trudel, s’est dit victime d’une campagne de censure de la part de Google. « Je n’ai reçu aucun avertissement de la part de Google. Toutes mes vidéos étaient factuelles », s’est-il défendu. « Je montrais des clips d’Horacio Arruda, de François Legault et Donald Trump, et je posais des questions. Je faisais du commentaire sans théorie. Cette décision-là est totalement arbitraire », a affirmé M. Cossette-Trudel.

« S’ils me censurent moi, ils censurent le président. Ils se substituent au président des États-Unis. Il y a là une question fondamentale sur le rôle de YouTube. Ils se présentent comme des experts capables de contredire les docteurs de la Maison-Blanche et du président. Je ne sais pas quel chapeau ils portent », a dit M. Cossette-Trudel.

« On est en train tranquillement de glisser vers un État totalitaire, avec une pensée unique. Quiconque a une opinion différente de la version officielle, on lâche les chiens, comme le faisait l’URSS à l’époque de la Pravda », a-t-il ajouté.

La décision de Google de fermer la chaîne Radio-Québec est survenue quelques heures avant la mise en place d’une nouvelle politique d’utilisation interdisant les propos conspirationnistes liés notamment à QAnon. Environ 1800 vidéos seront retirées de ses plateformes dans le cadre de ce renforcement de politique. « On n’a pas mis fin à la chaîne [de M. Cossette-Trudel] en vertu de ces nouvelles règles, mais bien en vertu des politiques qui étaient déjà en place », a affirmé la porte-parole de Google.