La capacité des hôpitaux québécois risque d’être atteinte dans plusieurs régions d’ici quatre semaines si la tendance à la hausse des hospitalisations se poursuit, prévient l’Institut national d’excellence en santé et services sociaux (INESSS). Alors qu’Ottawa s’inquiète face à la pandémie en « nette accélération », Québec se réjouit de la « stabilisation » du nombre de nouveaux cas.

Henri Ouellette-Vézina Henri Ouellette-Vézina
La Presse

Mélanie Marquis Mélanie Marquis
La Presse

Ariane Krol Ariane Krol
La Presse

« Pour les régions de Montréal, Laval, Laurentides, Lanaudière et Montérégie, les projections suggèrent que les capacités hospitalières seront atteintes au terme du prochain mois et plus rapidement encore en ce qui a trait aux lits de soins intensifs », s’est inquiété l’organisme gouvernemental, dans un rapport paru vendredi.

> Consultez le rapport de l'INESS

Si ailleurs au Québec, les scénarios « ne prévoient pas un dépassement des capacités », l’Institut y observe néanmoins « une augmentation des hospitalisations et de l’utilisation de lits de soins intensifs ». L’organisme précise toutefois que l’intensification des mesures sanitaires « pourrait avoir un impact » sur les hospitalisations.

Selon l'INESSS, un peu plus de 1600 lits sont disponibles dans les hôpitaux au Québec pour traiter les patients atteints de la COVID-19, dont 1200 dans le Grand Montréal. Le scénario le plus pessimiste du rapport suggère que la province pourrait atteindre plus de 2000 hospitalisations d’ici le début novembre, dont environ 1400 dans la métropole.

Aux soins intensifs, la capacité provinciale surpasse légèrement 360 places, dont environ 200 se trouvent dans la région de Montréal. Les deux chiffres pourraient eux aussi être dépassés si la transmission continue d’augmenter, prévient l’INESSS.

Ces données ont fait réagir vendredi le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, qui en a profité pour saluer les mesures « nécessaires » mises en place par Québec. « Les décisions que nous avons eu à prendre sont difficiles, mais justifiées. Nous voulons éviter que notre réseau soit débordé », a-t-il dit.

« Nous continuons de suivre la situation de très près, et nous nous ajusterons si nécessaire. Il est important de mentionner que les données ne tiennent pas compte des récentes mesures mises en place, et dont l’effet devrait se faire sentir à la mi-octobre », a précisé une porte-parole du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), Marjorie Larouche.

Sans isoler les installations dédiées à la COVID-19, le réseau de la santé dispose au total de 17 240 lits au Québec, dont 1374 lits en soins intensifs, selon des chiffres du MSSS. À Montréal, ces mêmes nombres sont de l’ordre de 5514 lits, dont 606 en soins intensifs.

Entre « nette accélération » et « stabilisation »

De nouvelles modélisations dévoilées vendredi par l’Agence de la santé publique du Canada suggèrent que la pandémie de COVID-19 est en « nette accélération », si bien que le cap des 200 000 cas serait à nos portes. En effet, ce nouveau seuil psychologique pourrait être atteint dans un avenir proche, puisque d’ici le 17 octobre, le nombre cumulé de cas déclarés oscillerait entre 188 150 et 197 830 cas. On a du reste relevé un nombre record de nouveaux cas au pays, jeudi, soit 2400. Quant au nombre de décès, il devrait se situer entre 9690 et 9800 d’ici samedi prochain.

Si on espère maîtriser la progression du virus dans la plupart des endroits au Canada, il faudra diminuer le taux actuel de contact de 25 % à 35 %. Et faute d’appuyer sur la pédale de frein « immédiatement », le nombre de malades de la COVID-19 au pays continuera d’augmenter de façon drastique, prévient l’Agence.

Vendredi, au Canada, le bilan était de 175 556 cas confirmés, et le nombre de décès, de 9557. En Ontario, le premier ministre Doug Ford a réuni d’urgence son cabinet, vendredi, la province ayant enregistré un nombre record de 939 cas. Un resserrement des mesures a notamment été décrété à Toronto, Ottawa et Peel.

Pendant ce temps, au Québec, on a rapporté 21 nouveaux décès liés au coronavirus. Le gouvernement a également fait état de 1102 cas confirmés, de 8 hospitalisations en plus, soit au total de 433 personnes, dont 67 aux soins intensifs. « Ça continue d’être très préoccupant. La seule bonne nouvelle, c’est qu’il semble y avoir une stabilisation sur le nombre de nouveaux cas », a réagi François Legault.

La Côte-Nord s’inquiète pour sa zone jaune

Avec 159 cas depuis le début de la pandémie, la Côte-Nord est quant à elle encore en zone jaune. Seulement 35 cas se sont ajoutés depuis la mi-juillet, dont deux au cours de la dernière semaine. Mais 80 % de ces cas sont liés à une acquisition à l’extérieur de la région, soit des résidants qui ont contracté la COVID-19 hors de la Côte-Nord (50 %) et des membres de leurs familles infectés (30 %), a indiqué le Dr Richard Fachehoun, médecin-conseil en santé publique du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord, en point de presse vendredi.

« On est très inquiets, surtout pour cette longue fin de semaine », a déclaré le Dr Fachehoun. Il a demandé « un élan de solidarité et de responsabilité collective » pour éviter les déplacements non essentiels entre la Côte-Nord et les zones orange ou rouges, y compris des étudiants à l’extérieur de la région.

Les points de contrôle policiers près des traversiers ne peuvent pas imposer des amendes, « mais il n’est pas exclu qu’on se rende jusque-là », a indiqué le PDG par intérim du CISSS. Pour être capable d’en arriver à des mesures plus coercitives, ça prend ce qu’on appelle un décret gouvernemental, et je peux vous dire que c’est à l’étude », a expliqué Claude Lévesque.

Il est aussi « fortement recommandé » à tous ceux qui arrivent en Basse-Côte-Nord, à Schefferville et à Anticosti en provenance d’une zone rouge ou orange de passer un test de dépistage à l’arrivée, suivi d’un isolement volontaire de sept jours puis d’un deuxième test. « Et le mot fortement n’est pas faible », a martelé M. Lévesque.

— Avec Pierre-André Normandin, La Presse

Décès rapportés le 9 octobre

• Québec (Capitale-Nationale) : 6

• Montérégie : 4

• Chaudière-Appalaches : 3

• Montréal : 3

• Mauricie–Centre-du-Québec : 2

• Gaspésie : 1

• Bas-Saint-Laurent : 1

• Laval : 1