Alors que le nombre de de nouveaux cas de COVID-19 a atteint de nouveaux sommets samedi, le ministre de la Santé, Christian Dubé, met en garde la population contre un éventuel bond des hospitalisations au Québec, qui pourraient tripler d’ici la fin octobre.

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

Henri Ouellette-Vézina Henri Ouellette-Vézina
La Presse

Quelque 10 morts et 1107 cas de COVID-19 se sont ajoutés au bilan provincial, selon les données diffusées par la Santé publique. Il s’agit de la plus forte hausse de cas quotidiens depuis le début de la pandémie. Des 10 nouveaux décès enregistrés, un seul est survenu dans la dernière journée.

Sept décès sont en effet survenus entre le 26 septembre et le 1er octobre, et deux autres à une date inconnue. Depuis le début de cette pandémie, 5867 Québécois ont succombé au virus. Le nombre d’hospitalisations a augmenté de 24, portant le total actuel à 326. De ces patients, 60 se trouvent actuellement aux soins intensifs. Il s’agit d’une hausse de 11 par rapport à la veille.

Samedi, de nouvelles projections de l’Institut national d’excellence en santé et services sociaux (INESSS) ont démontré que le nombre d’hospitalisations pourrait grimper à plus de 750 d’ici le 30 octobre. Les chercheurs dressent par ailleurs quatre autres courbes probables de progression, dont un scénario plus optimiste – où on verrait une stabilisation des hospitalisations –, et un plus pessimiste, qui impliquerait que le Québec surpasse les 1500 hospitalisations à la fin du mois.

« Limitons nos sorties si on veut protéger notre réseau de santé et nos proches », a insisté le ministre Dubé en soirée, en partageant ces données sur Twitter. Malgré une « importante incertitude » étant associée à ces prévisions, l’organisme gouvernemental affirme que ses chiffres « suggèrent que la capacité hospitalière devrait être suffisante au cours des 4 prochaines semaines pour répondre aux besoins ».

Malgré tout, l’INESSS avoue qu’au-delà de la disponibilité des lits, « d’autres facteurs influencent également la capacité hospitalière », dont la disponibilité du personnel et du matériel.

Un cap symbolique encore franchi

Rappelons que le cap des 1000 nouvelles personnes atteintes a de nouveau été franchi samedi. Dans les dernières 24 heures, 1107 cas supplémentaires ont été recensés portant le total des personnes contaminées à 77 380. Le dernier record de cas quotidien enregistrés date d’avril dernier, où le nombre atteint était de 1104.

Plus tôt dans la journée, M. Dubé s’est inquiété de la forte hausse de « tous les indicateurs. » « Les cas, les hospitalisations, les personnes aux soins intensifs et les décès continuent de [grimper]. Le virus est bien présent partout au Québec. Évitons les déplacements interrégionaux non essentiels et limitons nos contacts », a-t-il souligné.

À elle seule, la région de Montréal enregistre 411 nouvelles personnes infectées de la COVID-19 en une journée. Dans la Capitale-Nationale, on signale 153 nouveaux cas. En Montérégie, on note une hausse de 142 cas. Il y a aussi 86 cas de plus à Laval, 53 à Lanaudière et 63 dans les Laurentides. Les prélèvements réalisés le 1er octobre s’élèvent à 28 778.

Resserrement imminent

Vendredi, le premier ministre François Legault s’était fait catégorique quant à la nécessité de restreindre ses interactions pour le prochain mois. « On n’a pas le choix de fermer. Il faut réduire les contacts sociaux. C’est une question de vie ou de mort », a-t-il martelé.

Des règles plus contraignantes sont d’ailleurs à venir pour réduire la propagation du virus. Québec doit annoncer lundi de nouvelles mesures qui toucheront le milieu sportif et les écoles. « C’est sûr qu’à 1000 cas [par jour], on commence à se dire qu’il va falloir en faire plus. Si on veut être capable d’avoir un impact d’ici un mois, il faut ajouter des mesures rapidement », avait ajouté François Legault en point de presse.

« À l’approche du week-end, je rappelle aux Québécois que la situation est très préoccupante et qu’on demande de limiter les contacts à la bulle familiale. On doit faire les efforts nécessaires pour freiner la transmission du virus », a pour sa part signalé Christian Dubé.