Alors que la mairesse de Montréal, Valérie Plante, vient de faire savoir aux manifestants antimasques qu’ils n’étaient pas les bienvenus dans la métropole, maintenant désignée « zone rouge », des militants annoncent un « rassemblement solidaire et pacifique » mercredi soir au Parc Lafontaine.

Isabelle Ducas Isabelle Ducas
La Presse

« Zone rouge, vraiment ? ? ! Debout ensemble pour notre liberté, nos droits, notre tissu social et économique », indique le message publié en matinée mardi sur la page Facebook de Daniel Pilon, un militant qui s’oppose aux mesures sanitaires imposées par les autorités et qui compte plus de 50 000 abonnés sur ce réseau social.

Daniel Pilon faisait partie, avec d’autres militants, de l’organisation de la manifestation ayant attiré quelques milliers de personnes au centre-ville de Montréal le 12 septembre.

« Allez donc dans un champ de patates »

Mardi matin, en conférence de presse, Mme Plante a clairement indiqué son opposition à de tels rassemblements.

« Je ne peux pas accepter, comme mairesse, qu’il y ait des manifestants antimasques qui viennent à Montréal, où on a été le plus durement touchés par la pandémie, et qu’ils mettent à risque la santé de notre population », a-t-elle martelé.

« Mon message c’est : allez donc manifester dans un champ de patates ! »

Questionnée au sujet des mesures que pourraient prendre les policiers du Service de police de la Ville de Montréal pour obliger les manifestants à respecter les consignes des autorités, Valérie Plante a a répondu qu'elle attendait l'annonce de la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbeault, à ce sujet.

Lundi soir, lorsqu’il a annoncé que les régions de Montréal, Québec et Chaudière-Appalaches devenaient des « zones rouges », le premier ministre du Québec François Legault a précisé que les manifestations citoyennes étaient permises, à condition que les participants conservent entre eux une distance de deux mètres ou portent le masque.

Dans une vidéo diffusée lundi soir sur YouTube et regardée par plus de 11 000 personnes, Daniel Pilon invite aussi les militants de la région de Québec à manifester mercredi soir devant l’Assemblée nationale.

« Qu’est-ce qui justifie une zone rouge à Montréal et à Québec ? Il n’y a plus personne à l’hôpital, plus personne qui meurt », lance Daniel Pilon à la caméra en dénonçant les « moutons » qui respectent les consignes des autorités.

Des publicités circulent aussi sur les réseaux sociaux depuis quelques jours pour autre grand rassemblement prévu le 11 octobre au parc Jarry, au centre de l’île de Montréal, appelé « Action pour la liberté ». L’événement se présente comme « une manifestation et un concert gospel », où se produiront plusieurs artistes et conférenciers.

« Nous ne sommes pas antimasques ! Nous sommes POUR le choix de porter le masque… ou non ! », clame un des organisateurs du rassemblement, le pasteur Carlos Norbal, de l’église Nouvelle création.

Valérie Plante a souligné que le quartier de Parc-Extension, qui jouxte le Parc Jarry, est l’un des plus touchés par la pandémie à Montréal.