(Québec) Aux prises avec des cas de COVID-19 en hausse, quatre régions – Montréal, la Montérégie, le Bas-Saint-Laurent et Chaudière-Appalaches – passent au code jaune, le palier de « préalerte ».

Tommy Chouinard Tommy Chouinard
La Presse

C’est le statu quo pour les régions qui se trouvent à ce palier depuis le 8 septembre – Laval, Estrie, Québec et Outaouais.

Au total, près des trois quarts de la population québécoise sont maintenant touchés par la « préalerte ».

« Très inquiet » de la tendance actuelle, qualifiant la situation de « critique », le premier ministre François Legault a lancé un « appel à la solidarité » en conférence de presse mardi, incitant les Québécois à limiter les rassemblements et les rencontres à la maison, « les partys de famille, les partys entre amis ». Ces regroupements sont responsables de la transmission communautaire du coronavirus que l’on observe en ce moment.

« Il y a un vrai risque de deuxième vague, une vague assez forte pour qu’on soit obligé de recommencer à confiner les Québécois. On ne veut pas ça », a déclaré M. Legault aux côtés du ministre de la Santé Christian Dubé et le directeur national de santé publique, le Dr Horacio Arruda.

« Si le virus continue de se propager à ce rythme-là, on risque d’avoir des personnes qui vont occuper des lits d’hôpitaux, des personnes qui vont éventuellement mourir. On risque aussi d’engorger les hôpitaux, il y a des personnes qui vont voir leur chirurgie être reportée. »

« Je veux faire un appel à la solidarité, a-t-il ajouté. C’est le temps de penser aux autres », autant aux personnes vulnérables, aux travailleurs de la santé, aux enfants qui fréquentent l’école. Il faut limiter les rassemblements. « Il faut agir maintenant. Je compte sur vous », a-t-il lancé.

Aucune région ne se trouve à ce jour en code orange, le palier suivant, celui d’« alerte modérée », qui doit entraîner des restrictions, des interdictions ou des fermetures pour les secteurs d’activité jugés les plus à risque de transmission. Or, selon le Dr Horacio Arruda, « on aura du orange sous peu ».

Christian Dubé a prévenu lui aussi que des régions se trouvent près de ce stade qui risque, par exemple, d'entraîner la fermeture des salles à manger de restaurant dans les territoires concernés.

Pour l'heure, il a annoncé l’interdiction de la vente de nourriture à minuit dans les bars, laissant entendre que cette pratique était utilisée par des établissements pour poursuivre la vente d'alcool. Dans les résidences pour aînés, il faudra porter le masque dans les aires communes et les corridors par exemple. « Je vous supplie de collaborer avec la Santé publique », a dit Dr Arruda, inquiet lui aussi de la situation.