Le nombre de cas de COVID-19 est passé de 39 à 96 mardi à Montréal. Une situation due en grande partie aux rassemblements privés, comme les baptêmes, les fêtes et les mariages, où les règles de distanciation ne sont pas respectées.

Ariane Lacoursière
Ariane Lacoursière La Presse

« Si vous pensez aller à un mariage, ce n’est peut-être pas le meilleur moment pour le faire », a déclaré la directrice régionale de santé publique de Montréal, la Dre Mylène Drouin, en conférence de presse mardi après-midi.

La région de Montréal est passée du palier « vert » au palier « jaune » mardi à cause de cette hausse de cas. La Dre Drouin demande à la population de « rehausser la vigilance », particulièrement dans les événements privés comme les fêtes, les mariages, les baptêmes et les funérailles.

La Dre Drouin rappelle qu’à l’intérieur, le respect du deux mètres de distanciation est « crucial » et qu’il faut porter le couvre-visage. « Il faut limiter le plus possible les rencontres […] Si vous hésitez à faire la fête de votre fils et inviter 10-15 personnes : non ça ne se fait pas », a souligné la Dre Drouin.

Actuellement, très peu d’éclosions sont liées aux commerces. Dans les écoles, sept éclosions sont en cours et 125 écoles comptent au moins un cas de COVID-19 dans la métropole. Une situation « somme toute sous contrôle », selon la Dre Drouin.

« Mais c’est quand on arrive du côté des événements privés que les éclosions arrivent », indique-t-elle. Quand Montréal était en confinement au printemps, chaque cas de COVID-19 était lié en moyenne à 10 autres personnes. Ce qu’on appelle des « contacts ». Aujourd’hui, chaque cas est lié à de 40 à 50 contacts. Une situation qui met une pression énorme sur les équipes de santé publique, note la Dre Drouin.

Celle-ci rappelle que le réseau de la santé « est fragilisé » et qu’il faut donc y faire attention. « C’est maintenant qu’on doit se resserrer les coudes », plaide la DDrouin.