(Montréal ) Le Centre de services scolaire de la Pointe-de-l’Île confirme que des membres du personnel de trois de ses écoles ont reçu des tests positifs à la COVID-19. Les parents ont été avisés jeudi matin, jour de rentrée.

Marie-Eve Morasse Marie-Eve Morasse
La Presse

Le Centre de services scolaire dit avoir eu confirmation de ces trois cas par la Santé publique mercredi tard en soirée.

« Nous leur avons également précisé que la personne n’avait été en contact avec aucun élève et s’était immédiatement placée en confinement », écrit la porte-parole du Centre de services scolaire de la Pointe-de-l’Île (CSSPI), Valérie Biron.

C’est la Fédération autonome de l’enseignement (FAE) qui a sonné l’alarme mercredi, révélant que des enseignants ou membres du personnel des écoles François La-Bernarde, à Pointe-aux-Trembles, Jules-Verne et Henri-Bourassa à Montréal-Nord ont reçu des tests positifs à la COVID-19 dans les derniers jours.

« Comme les mesures de distanciation ont été appliquées avec rigueur depuis le retour du personnel, seuls quelques membres du personnel qui ont été en contact étroit avec cette personne ont été retirés du milieu », écrit Valérie Biron.

Appelé à commenter la situation ce matin, le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge a assuré qu’aucun cas déclaré ne serait «caché».

«Je pense qu’il faut se laisser quelques heures, 24 heures pour diffuser l’information, mais chose certaine, la consigne n’est pas de retenir de l’information, de cacher de l’information», a déclaré Jean-Francois Roberge. Le ministre assistait à la rentrée dans une école primaire de Repentigny.

«Il ne faut pas créer un climat de panique, a poursuivi le ministre. Ce qui alimente la peur, c’est quand les gens pensent qu’on cache des choses. Les mesures sanitaires sont transparentes et quand il y a un cas, on ne le cache pas. On le dit, tout simplement.»