Le port du masque a beau être obligatoire dans les endroits publics fermés, il ne fait pas l’unanimité. En Beauce, certains citoyens ont même manifesté leur mécontentement dans une protestation.

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

Armées de pancartes, visages découverts, quelques centaines de personnes étaient au rendez-vous à Saint-Georges pour souligner leur appréhension face au couvre-visage nouvellement obligatoire. On comptait environ 500 personnes samedi, sillonnant les rues, à proximité de l’hôtel de ville.

Le port du masque devrait être un choix personnel, affirme Chantale Giguère, à l’origine de cette initiative. « On a beaucoup de petits commerces ici et on a peur que nos commerçants subissent ce qui va arriver parce que les gens sont contre le masque ici en Beauce ».

« Moi, je suis une personne hypersensible alors je n’arrive pas à mettre ce masque-là sur mon visage. Ça me fait extrêmement mal de voir les gens masqués » a-t-elle ajouté.

Beaucoup de manifestants étaient des commerçants. Ils craignent que la nouvelle consigne vienne décourager leurs clients de venir faire leurs emplettes. Pour d’autres, c’est plutôt les droits et libertés qui sont brimés.

Le tout s'est déroulé dans le calme, assure la Sûreté du Québec (SQ), présente sur les lieux du rassemblement.

D’autres opposants prévoient se réunir dimanche devant les bureaux du premier ministre François Legault à Montréal.

— Avec La Presse canadienne