La Direction de santé publique des Laurentides se dit « préoccupée » par la découverte de cinq cas de COVID-19 chez les participants d’un récent tournoi de hockey de terrain (« dek hockey ») à Mirabel, et demande à toutes les personnes présentes lors de l’évènement d’aller passer un test de dépistage.

Vincent Larouche Vincent Larouche
La Presse

« Il est probable que ces cinq nouveaux cas ne soient que la pointe de l’iceberg. La pandémie n’est pas derrière nous », affirme le docteur Jean-Luc Grenier, médecin-conseil en maladies infectieuses à la Direction de santé publique des Laurentides.

Le tournoi de hockey de terrain s’est tenu au Complexe HBLL de Mirabel le 11 juillet dernier. De 10 h à 17 h 30, au moins une personne qui était déjà atteinte par la maladie était présente, selon une lettre transmise aux participants que La Presse a obtenue. Depuis, des tests ont permis de découvrir quatre autres personnes qui sont maintenant infectées.

« Il s’agit d’une situation préoccupante », a déclaré Julie Côté, porte-parole du CISSS des Laurentides.

Une enquête épidémiologique est en cours et les organisateurs de l’évènement ont collaboré avec les autorités pour retrouver les sportifs et les spectateurs.

« Les équipes de santé publique ont communiqué avec les personnes qui ont pu être identifiées comme des contacts plus étroits. Par contre, plusieurs personnes n’ont pu être identifiées ou rejointes, particulièrement celles qui se sont abritées dans les installations intérieures du complexe lors des épisodes de pluie », précise le communiqué du CISSS.

L’organisation du tournoi avait mis en place des mesures sanitaires spéciales en raison de la pandémie. « La distanciation est demandée, veuillez rester avec votre équipe respective et lavez vos mains fréquemment », précisait-on dans les documents préparatoires.

— Avec la collaboration de Gabrielle Duchaine