Les bars ne fermeront pas, du moins pour l’instant, a décrété François Legault. Le véritable problème se trouve finalement ailleurs : dans les rassemblements privés, à la maison, où les citoyens ne respectent pas les consignes de santé publique. Le premier ministre promet d’ailleurs une « surveillance accrue ».

Véronique Lauzon Véronique Lauzon
La Presse

« Il y a des gens qui interprétaient la hausse des cas à la fréquentation des bars, ce n’est pas le cas, a expliqué le premier ministre Legault de passage à Baie-Comeau, vendredi. La Santé publique ne nous recommande toujours pas de fermer les bars. »

Le nombre de Québécois atteints de la COVID-19 continue d’augmenter après avoir connu un creux le mois dernier. Le gouvernement a déploré un seul décès, pour porter le total à 5647, et a annoncé 141 nouveaux cas d’infection, au moment où on s’approche des cibles de dépistage quotidien fixées par la Santé publique. Les hospitalisations sont quant à elles en baisse de 17 pour se fixer à 260.

Les autorités ont réussi à faire passer tout près de 15 000 tests, jeudi, une hausse de près du double des tests effectués ces derniers jours. « On a testé tous les employés du réseau de la santé, s’est félicité M. Legault. Sur les 141 cas aujourd’hui, 97 sont des gens du réseau de la santé. »

Tel que relaté ces derniers jours par le premier ministre, la Santé publique a évalué la possibilité de fermer les bars. Après étude, les autorités ont toutefois réalisé que la majorité des cas d’infection ne provenaient pas de la clientèle des bars.

« Le problème principal, selon François Legault, en est un de rassemblement privé. Il ne doit pas avoir plus de 10 personnes dans une maison, ni à l’intérieur ni à l’extérieur. »

Précisons que la quasi-totalité des nouveaux cas d’infection provient de la région métropolitaine. Deux nouveaux centres de dépistage ont d’ailleurs été ouverts jeudi à Montréal, alors que les files d’attente ont provoqué un fort mécontentement.

Une fois répartis ces nouveaux cas selon leur date réelle de validation, il devient clair que le Québec connaît le début d'une hausse des cas. Le Québec n'avait pas enregistré tant de nouveaux cas (141) depuis la journée du 12 juin.