(Charlottetown) La confirmation d’un huitième nouveau cas de COVID-19 à l’Île-du-Prince-Édouard depuis une semaine pourrait retarder l’assouplissement des restrictions frontalières, a déclaré lundi la médecin hygiéniste en chef de la province.

La Presse canadienne

La docteure Heather Morrison a toutefois souligné que les plus récents cas n’étaient pas liés à des visiteurs saisonniers à l’Île-du-Prince-Édouard ou à la « bulle atlantique », que les quatre provinces ont ouverte le 3 juillet pour permettre les déplacements dans la région.

Elle estime tout de même qu’il serait prématuré d’envisager un nouvel assouplissement des restrictions frontalières et d’encourager des voyages à plus large échelle.

Le plus récent cas rapporté dans la province est celui d’un homme d’une quarantaine d’années qui travaille aux urgences de l’hôpital Queen Elizabeth de Charlottetown. Il a été déclaré positif dimanche soir après avoir été identifié par la recherche des contacts d’un autre cas, une femme âgée de 80 ans, qui s’est rendue à l’hôpital en ambulance le 4 juillet.

La docteure Morrison a déclaré que la femme ne présentait aucun symptôme de la COVID-19 lorsqu’elle s’est présentée à l’hôpital. Mais quelques jours plus tard, des symptômes se sont déclarés et elle a été testée. Les résultats positifs ont été reçus dimanche.

La docteure Morrison n’a pas voulu préciser le rôle de l’employé aux urgences, mais a indiqué qu’il avait effectué sept quarts de travail entre le 4 et le 11 juillet.

Elle a souligné que 100 patients et 125 membres du personnel avaient été identifiés comme contacts et seront testés.

L’Île-du-Prince-Édouard compte jusqu’à maintenant 35 cas de COVID-19, dont 27 sont considérés comme guéris.