On compte maintenant 80 cas de COVID-19 liés au party de Saint-Chrysostome et à une autre fête privée aussi survenue en Montérégie. C’est ce qu’a affirmé le directeur national de santé publique, Horacio Arruda, lors d’une conférence de presse tenue vendredi en Outaouais.

Philippe Mercure Philippe Mercure
La Presse

« Il faut comprendre que ce sont une série de personnes qui se connaissent plus ou moins et qui se sont retrouvées dans trois situations après la Saint-Jean ou le soir de la Saint-Jean : deux partys dans des résidences privées, et une partie de ces gens-là sont allés dans un bar. On est rendus à peu près à 80 cas autour de cet épisode. Ça veut dire qu’il y a eu de la transmission dans les partys, et il y en a eu dans le bar par des gens qui avaient été contaminés dans le party et qui n’avaient pas de symptômes, ou alors qui avaient des symptômes qui n’étaient pas trop forts », a dit M.  Arruda.

Le directeur de la santé publique a précisé qu’il ne « cherchait pas à accuser des personnes » et a invité ceux qui étaient présents dans ces événements à se manifester auprès des autorités et à se faire tester.