(Québec) Les personnes proches aidantes, les accompagnateurs et les visiteurs peuvent désormais se rendre auprès d’un patient en centre hospitalier à « n’importe quel moment du séjour et pour tous les secteurs », a indiqué vendredi le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec.

La Presse canadienne

Le ministère a souligné par communiqué certaines « conditions générales ».

En outre, une personne ayant reçu un diagnostic de COVID-19 dans les 28 derniers jours et une personne dont la guérison n’a pas été confirmée ne pourront visiter un proche.

Il en sera de même pour les gens ayant des symptômes compatibles avec la COVID-19 ou « suspectés d’être infectés » ou en attente d’un résultat et en isolement.

Le ministère explique qu’une seule personne pour une même plage horaire est autorisée, pour un maximum de quatre personnes par période de 24 heures.

Les heures de visites peuvent notamment varier d’une région à l’autre.

Le CISSS de la Montérégie-Centre a indiqué vendredi sur son site web que les visites sont permises entre 14 het 20 hdans les zones froides, « et ce, sous réserve du respect de conditions spécifiques ».

Le CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean indique que les visites pourront avoir lieu tous les jours, de 13 hà 18 h, tout en respectant « rigoureusement » certaines directives, comme de porter un masque fourni à l’arrivée et de maintenir la distanciation physique de deux mètres.

Le ministère précise que certaines directives peuvent être modulées pour des raisons humanitaires, « par exemple si un patient est en fin de vie ou s’il s’agit d’une urgence ».

Pour ce qui est des salles d’urgence, les visiteurs pourraient être interdits temporairement en cas de fort achalandage.

Du côté de la cancérologie, la présence des accompagnateurs est limitée aux cas qui le requièrent, « par exemple pour des patients qui ont besoin d’un soutien particulier, comme des personnes ayant un trouble cognitif ou des enfants hospitalisés », indique le ministère.

En obstétrique, « toutes les mesures raisonnables » doivent être mises en place pour favoriser la présence d’une personne accompagnatrice lors de l’accouchement.

La présence des parents est favorisée en néonatalogie et en pédiatrie, toujours selon les mesures de prévention des infections établies.