(OTTAWA) Une application mobile sera bientôt offerte à l’échelle du pays qui permettra d’informer les usagers s’ils ont été exposés à la COVID-19. Cette nouvelle application, qui est en train d’être développée par le Service numérique canadien de concert avec Shopify et BlackBerry, respectera en tout point la vie privée des gens, a annoncé le premier ministre Justin Trudeau.

Joël-Denis Bellavance Joël-Denis Bellavance
La Presse

« Aujourd’hui, on franchit une étape importante en vue de contenir le virus et de rouvrir l’économie de façon sécuritaire. On est en train de développer une application mobile à l’échelle du pays qui va informer les usagers s’ils ont été exposés à la COVID-19 », a affirmé le premier ministre durant sa conférence de presse à Rideau Cottage.

« On va bientôt tester l’application en Ontario. Plusieurs provinces, dont la Colombie-Britannique, travaillent déjà avec nous, mais l’application sera disponible partout au Canada au cours des prochaines semaines. L’application sera volontaire, pas obligatoire, mais elle sera plus efficace si elle est téléchargée par le plus de gens possible », a-t-il ajouté.

Un utilisateur de l’application qui recevrait un résultat positif à un test de la COVID-19 se verra offrir par un professionnel de la santé de télécharger son statut de manière anonyme sur un réseau national. Les autres usagers qui auront l’application et qui auront été près de lui seront alors alertés qu’ils ont été en proximité avec quelqu’un qui a testé positif.

« Cette alerte va les encourager à contacter leurs autorités sanitaires locales. Aucun renseignement personnel ne sera recueilli ou partagé, et aucun service de localisation ne sera utilisé. La vie privée des Canadiens sera respectée », a précisé le premier ministre.

Devant les journalistes, M. Trudeau a indiqué que son gouvernement a consulté le bureau du commissaire à la protection de la vie privée afin de s'assurer que l'application en voie de développement respecte les obligations des autorités canadiennes en matière de respect de vie privée.

Durant sa conférence de presse, M. Trudeau est revenu sur le revers diplomatique que le Canada a encaissé à l’ONU en n’obtenant pas le siège qu’il convoitait au Conseil de sécurité.

Il a dit être « déçu » de voir que la candidature du Canada a été écartée au profit de la Norvège et l’Irlande dès le premier tour. Mais il a affirmé que le Canada continue de jouer un rôle de premier plan afin de promouvoir les causes qui lui sont chères.

« On a décidé de déposer notre candidature parce qu’on y voyait une occasion unique de collaborer avec nos partenaires au sein des Nations Unies, de bâtir une paix durable et de réaliser des progrès concrets sur des enjeux qui comptent pour le Canada. Et c’est ce qu’on a fait pendant notre campagne. On a forgé de nouveaux partenariats, on a resserré nos liens d’amitié et on a préparé le terrain pour accroître la coopération à l’avenir. Et ça n’a jamais été aussi important », a-t-il avancé.

« L’obtention de ce siège n’a jamais été une fin en soi, mais plutôt un moyen de parvenir à une fin. Un moyen de s’assurer que notre voix est entendue et que nos valeurs sont défendues sur la scène mondiale. Siéger au Conseil de sécurité était une façon d’y parvenir, mais c’est loin d’être la seule façon. Les Canadiens peuvent toujours compter sur nous pour continuer à travailler avec nos partenaires pour faire avancer les dossiers qui sont importants », a-t-il ajouté.