Le nombre de cas de personnes contaminées à la COVID-19 continue d’augmenter à Laval, et la région reste l’une des plus touchées de la province avec un taux de contamination semblable à celui de Montréal. Mardi, Laval comptait 5224 cas de COVID-19 dans sa population, soit un taux de 1180 cas par 100 000 habitants, et 545 morts.

Ariane Lacoursière Ariane Lacoursière
La Presse

Philippe Teisceira-Lessard Philippe Teisceira-Lessard
La Presse

Au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Laval, on reconnaît que les situations de Montréal et de Laval « se ressemblent en plusieurs points ». « Notre Direction de santé publique cherche justement à avoir un meilleur portrait de la situation en allant dépister plus largement la population », affirme la porte-parole Judith Goudreau. 

Une troisième clinique de dépistage a été ouverte la semaine dernière. « Pour nous, c’est un moyen efficace pour suivre l’évolution de la pandémie et gérer les contacts là où ils se trouvent », dit Mme Goudreau. 

Celle-ci assure que les équipes de Laval « sont à pied d’œuvre pour trouver les explications de la propagation de ce virus ». « Des hypothèses sont en cours de validation, notamment par les nombreux dépistages faits dans la communauté. »

Éclosion au CHSLD St-Jude

Le CHSLD St-Jude, un établissement privé conventionné, est en proie à une importante éclosion. Dans ce CHSLD du boulevard Saint-Martin à Laval, 70 cas sont confirmés, soit la moitié des résidants. Un total de 20 décès y ont été enregistrés. Il a été impossible mardi de joindre la direction de l’établissement.

Le CISSS de Laval a prêté 34 employés au CHSLD St-Jude. « La plupart d’entre eux sont des aides de service, affirme Mme Goudreau. À la demande du propriétaire, nous avons fait une analyse de la situation ainsi que des besoins pour des postes à combler. Nous offrons aussi des conseils cliniques. Finalement, la Croix-Rouge canadienne offre des conseils sur le plan de la prévention et du contrôle des infections. »

Dans le stationnement situé devant le vieil édifice de briques, plusieurs employés recrutés à travers le site web Je contribue ! finissaient leur quart de travail mardi après-midi.

« Ça se voit qu’il manquait du personnel, on le ressent. Les gens sont contents de nous avoir », a dit Tom Soler, qui en était à sa deuxième journée à cet établissement. 

La chaleur, pour l’instant, ça va. On a peur un peu pour la suite.

Tom Soler

Catherine, une infirmière qui n’a pas voulu fournir son nom de famille, travaille au premier étage. « On manque de bras encore. On a, ce soir, quatre aides de service qui sont venues nous aider », a-t-elle dit, en précisant que « des gens habitués, c’est mieux que des gens pas habitués, mais on prend tout le monde ».

Au volant de son VUS, Catherine Papachristou circulait dans le stationnement de l’établissement en abordant des employés, espérant grappiller des informations sur l’état de sa mère hébergée. « On fait un FaceTime à peu près chaque semaine. Je comprends que les employés sont vraiment occupés avec les gens malades », a-t-elle dit. 

Luc Burla a moins de chance : sa mère Juliette Paradis est morte le 14 mai à l’âge de 90 ans, avec des symptômes qui ressemblaient à la COVID-19. Elle avait pourtant eu un résultat négatif au test avant sa mort. M. Burla se présentait mardi au CHSLD St-Jude afin de savoir s’il pouvait récupérer les effets personnels de sa mère.

La situation « s’améliore lentement »

Marjolaine Aubé, présidente du Syndicat des travailleuses et travailleurs du CISSS de Laval, affirme que la situation « s’améliore lentement » dans les CHSLD. « Mais on aimerait avoir des équipes de coachs pour nous former sur les équipements. Comment bien les mettre. Bien les enlever. Et nous surveiller quand on le fait. Il existe encore des erreurs », dit-elle.

Depuis vendredi, les CHSLD de Laval ont obtenu l’autorisation de relancer les admissions. « Mais avec la canicule, on a demandé que ce soit reporté. Notre demande a été acceptée. C’est une bonne chose », affirme Mme Aubé.

Le CISSS de Laval confirme qu’il attendra la fin de la vague de chaleur pour recommencer les admissions en CHSLD.

La Maison mère des sœurs de Lachine frappée par la COVID-19

Au moins 20 résidantes de la Maison mère des sœurs de Lachine sont infectées par la COVID-19, selon les données du ministère de la Santé publiées mardi. C’est 83 % des pensionnaires qui ont contracté la maladie. Le CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal dit offrir « du soutien en termes de ressources cliniques, humaines et matérielles ». Le CIUSSS dit être « sensible à la demande de la résidence privée de tester l’ensemble de son personnel ». Mais le CIUSSS dit ne pouvoir y répondre « puisque les ressources des équipes mobiles du CIUSSS sont actuellement déployées pour deux groupes prioritaires, soit les personnes vivant en CHSLD, RI [ressource intermédiaire] et RPA [résidence privée pour aînés] et les employés des CHSLD publics, privés et privés conventionnés ».