À l’approche de la période des déménagements, la Ville de Montréal demande au gouvernement du Québec une aide d’urgence de 5 millions afin d’accompagner les personnes dans le besoin pour se loger.

Kathleen Lévesque Kathleen Lévesque
La Presse

En conférence de presse mercredi après-midi, la mairesse Valérie Plante a plaidé que la pénurie de logements, combinée à la présente crise sanitaire, nécessite une intervention financière immédiate. « La Ville de Montréal ne peut pas être la seule responsable pour trouver des solutions. La difficulté de se loger est de plus en plus un fait remarqué dans toutes les villes », a-t-elle affirmé.

Le fonds de 5 millions couvrirait l’entièreté des coûts estimés par la Ville, qui a pourtant financé l’année dernière l’accompagnement de 150 ménages. Les 5 millions demandés permettraient notamment un hébergement d’urgence dans des hôtels de la métropole ainsi que l’entreposage des meubles des ménages touchés. « On en est à 144 ménages qui ont communiqué avec le service 311. On s’attend à ce que le nombre augmente », a indiqué Mme Plante.

La Ville réclame également la majoration des plafonds de subvention du Programme de supplément au loyer (PSL) afin de répondre à la situation montréalaise. La mairesse Plante a rappelé que le taux d’inoccupation à Montréal se situe à 1,5 % ce qui permet de parler d’une crise du logement, exacerbée par la COVID-19.

Mme Plante et son collègue Robert Beaudry, responsable de l’habitation au comité exécutif, ont profité de la tribune pour demander à nouveau que les gouvernements fédéral et provincial signent une entente pour financer le logement social. Même si cela ne constitue pas une solution pour le problème des déménagements, ont-ils reconnu, une telle entente permettrait de faire une planification et ainsi répondre aux besoins de la population ; 20 000 ménages montréalais sont en attente d’un logement social. « C’est un cri du coeur. On n’a plus le temps d’attendre », a lancé la mairesse.

Par ailleurs, Mme Plante a fait le point quant à la vague de chaleur qui s’abat notamment sur la métropole. Elle a rappelé que des jeux d’eau sont ouverts un peu partout sur le territoire. Elle a également annoncé qu’une dizaine de haltes-fraîcheur seront accessibles dès mercredi afin de permettre à la population de trouver un refuge climatisé pour quelques heures.