(Montréal) Les enseignants du primaire se préparent peu à peu à la rentrée scolaire du 11 mai, alors que plusieurs devraient avoir accès à des masques pour se protéger du coronavirus.

Lia Lévesque
La Presse canadienne

Des syndicats d’enseignants en région, joints par La Presse canadienne mercredi et jeudi, ont indiqué qu’ils avaient eu des discussions à cet effet avec les centres de services scolaires dans leur région respective.

Dans certains cas, le centre de services scolaires s’est engagé à fournir des masques de protection pour rassurer les enseignants. Mais le port du masque sera volontaire.

Suzanne Tremblay, présidente du Syndicat de l’enseignement de l’Outaouais, a relaté que ses membres sont encore très inquiets de cette rentrée, alors que la crise du coronavirus n’est pas terminée.

Elle rapporte que deux des trois commissions scolaires de sa région ont déjà pris des engagements de fournir des masques. Des discussions devaient avoir lieu avec la troisième, au moment de l’entrevue.

Dans la région de Granby, Sophie Veilleux, présidente du Syndicat de l’enseignement de la Haute-Yamaska rapporte aussi beaucoup de scepticisme de ses membres quant au respect de la distance sécuritaire de 2 mètres avec les enfants.

Au moment de l’entrevue, elle devait aussi rencontrer le centre de services scolaires de sa région pour lui parler des masques. Elle disait croire que la direction va comprendre les appréhensions des enseignants et trouver un terrain d’entente.