(Québec) Québec prépare un « plan de match » à être dévoilé « dans les prochains jours » pour déconfiner les aînés coincés dans leurs appartements depuis plusieurs semaines maintenant.

Patrice Bergeron
La Presse canadienne

Ils devront toutefois patienter encore un peu : « On va vous revenir avec des consignes au cours des prochains jours, mais il est encore trop tôt maintenant, dans une période de déconfinement qui pourrait être interprétée un peu n’importe comment, pour le faire », a déclaré jeudi le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda, lors du bilan quotidien de lutte à la pandémie.

Les autorités font ainsi écho à l’appel lancé plus tôt jeudi par les propriétaires de résidences pour personnes âgées, qui s’inquiètent de la détresse psychologique de leurs locataires.

Rappelons que ces derniers sont contraints de ne pas sortir sous aucun prétexte et ne peuvent être autorisés à aller faire une promenade que sous supervision. Or la très grande majorité des résidences ont échappé à toute éclosion et les personnes qui y résident sont en santé.

Le Regroupement québécois des résidences pour aînés (RQRA) demande de déconfiner ces aînés. En entrevue avec La Presse canadienne, le président du RQRA, Yves Desjardins, reconnaît qu’il faut y aller prudemment, mais demande au gouvernement de faire connaître sa décision bientôt, pour pouvoir prévoir les changements et mettre des mesures en place.

Avec le déconfinement graduel du reste de la société, notamment la réouverture des commerces et des écoles, il sera impossible de garder plus longtemps des milliers d’aînés dans leurs immeubles, a-t-il plaidé.

« On me rapporte des situations difficiles », a dit M. Desjardins : des situations tellement délicates qu’il a préféré ne pas les mettre au jour.

« On ne peut les garder à l’intérieur jusqu’en septembre, impossible ! a-t-il prévenu, dans une entrevue avec La Presse canadienne diffusée jeudi. Il va commencer à faire beau, je suis inquiet. Il faut être proactif, et non pas attendre et finir par avoir de la désobéissance et des aînés qui sortent malgré tout. Maintenant, il faut y aller avec parcimonie, avec des mesures applicables, réelles, concrètes. »

Le Dr Arruda a dit qu’il allait échanger avec ces établissements comme il l’a fait avec les entreprises pour entreprendre la relance économique.

« Je pense qu’il faut leur donner des consignes pour qu’elles aient un plan de match, ça fait partie des instruments qu’on veut mettre en place », a-t-il dit, jeudi, au côté du premier ministre François Legault.

Le RQRA rassemble 800 des 1700 résidences privées pour aînés du Québec, mais ses membres offrent au total 98 000 des 139 000 unités de logement sur le territoire.