Confronté à une surcharge majeure de ses lits d’hospitalisation, l’hôpital Maisonneuve-Rosemont a obtenu la permission jeudi de transférer certains patients ne nécessitant plus de soins aigus vers leur CHSLD d’origine.

Ariane Lacoursière Ariane Lacoursière
La Presse

Depuis plusieurs jours, les hôpitaux du Grand Montréal ne peuvent plus transférer de patients vers les CHSLD et les résidences privées pour aînés à causes des éclosions de COVID-19 qui y ont cours.

Porte-parole du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, Christian Merciari confirme avoir « reçu l’autorisation de transférer une partie des patients dans leur CHSLD d’origine sous certaines conditions, tels que les tests de dépistage négatifs ».

« Cette mesure s’étendra aux autres milieux de soins (réadaptation, soins aigus, etc.) dans les jours qui viennent, dit-il. Nous pourrons ainsi libérer des lits d’hospitalisation et admettre de nouveaux patients, ceux en attente de chirurgie bien évidemment, mais aussi ceux actuellement dans nos urgences. »

Depuis que les transferts vers les CHSLD ont été arrêtés, plusieurs hôpitaux de la grande région de Montréal ont vu leurs lits d’hospitalisation se surcharger, une situation ayant des répercussions sur les hôpitaux en entier. Par exemple, le nombre de chirurgies pouvant être réalisées à chaque jour a diminué. À l’hôpital Maisonneuve-Rosemont, ces opérations ont totalement cessé le temps que la congestion des lits d’hospitalisation ne diminue.

Détournement d’ambulances

En plus de pouvoir recommencer à transférer des patients vers les CHSLD, l’hôpital Maisonneuve-Rosemont a aussi détourné certaines ambulances, confirme le CIUSSS de l’Est. « Nous avons effectivement demandé de diminuer légèrement le nombre d’ambulances qui sont orientés à l’HMR, dit M. Merciari. Il s’agit d’une mesure temporaire mise en place en raison du taux d’occupation de nos lits d’hospitalisation. »