Il revient aux provinces de décider quand relancer les activités économiques et sociales sur leur territoire une fois que le pire de la crise de la pandémie sera passé, reconnaît le gouvernement Trudeau.

Joël-Denis Bellavance Joël-Denis Bellavance
La Presse

Mais il tient à ce qu’il y ait une coordination entre Ottawa et les provinces afin de s’assurer que les mesures de déconfinement retenues soient évaluées avant d’être mises en œuvre et qu’elles s’appuient sur les avis des experts en matière de santé publique. L’objectif : que les sacrifices consentis par les familles, les travailleurs et les entreprises ne soient pas en vain, en provoquant une deuxième vague par un relâchement trop rapide des mesures de confinement.

« Il faut avoir une forme de coordination. Nous sommes bien conscients que le moment de la reprise des activités va varier d’une province à l’autre. Ça va même varier d’une région à l’autre à l’intérieur d’une même province. Mais il faut collaborer, car il est évident que la réouverture de l’économie va se faire progressivement. Ce n’est pas comme si on appuyait sur un bouton et que le tout repartait automatiquement. Ça va se faire sur une période de plusieurs semaines, voire des mois », a insisté une source gouvernementale dimanche.

Un guide national

Durant le rendez-vous téléphonique hebdomadaire tenu depuis le début de la crise, le premier ministre Justin Trudeau et ses homologues provinciaux ont convenu vendredi d’élaborer une sorte de guide national précisant les critères dont doivent tenir compte les gouvernements avant de rouvrir les grands pans de leur économie.

M. Trudeau a invité ses collègues des provinces à soumettre leurs idées pour établir les grands principes de ce guide. L’un des critères envisagés pourrait être le port obligatoire d’un masque non médical pour tout le monde, notamment pour les travailleurs s’ils ne peuvent pas respecter la distanciation physique de deux mètres.

La Chambre de commerce du Canada (CCC) estime que l’accès à ces masques pour les entreprises pourrait compliquer la réouverture de l’économie au cours des prochaines semaines en raison de la forte demande à l’échelle mondiale. La CCC a d’ailleurs exhorté le gouvernement fédéral et les provinces à prendre les moyens qui s’imposent dès maintenant pour approvisionner les entreprises en masques non médicaux afin de protéger les employés et leurs clients.

Ottawa pourrait aussi soutenir les efforts d’une province qui entreprend la réouverture graduelle de ses activités en imposant des limites aux déplacements de la population d’une région plus touchée vers cette province. « Si la Saskatchewan relance ses activités, mais que l’Ontario demeure fermé, on pourrait limiter les vols entre Toronto et Regina, par exemple », a-t-on illustré dans les officines du gouvernement.

« Encore quelque temps »

Selon le réseau CBC, le guide national pourrait être finalisé cette semaine. Mais une source gouvernementale a indiqué à La Presse dimanche que les échanges sont loin d’être terminés. « Ça va prendre encore quelque temps avant que ce soit prêt », a indiqué cette source, qui a requis l’anonymat parce qu’elle n’était pas autorisée à parler publiquement des échanges entre Ottawa et les provinces.

Samedi, le premier ministre Justin Trudeau a indiqué que le plan qui sera retenu sera « fondé sur la science, des données et l’avis des experts ». Il a décrit cette prochaine étape comme « cruciale » pour venir à bout de la pandémie. « On pourrait perdre tous les progrès qui ont été réalisés jusqu’à présent » si les mesures de déconfinement sont mises en œuvre trop rapidement.

L’économie et les réalités de chaque province sont uniques, donc le timing et les mesures précises vont être différents d’une province à l’autre. Cela dit, il y a un travail de coordination important qui doit se faire à l’échelle nationale pour éviter toute confusion.

Justin Trudeau

À ce sujet, le gouvernement Trudeau suit de très près ce qui va se passer en Saskatchewan, qui est devenue la semaine dernière la première province à présenter un plan de déconfinement en cinq points.

Le premier ministre de la province, Scott Moe, a annoncé mercredi que les cabinets de dentistes, les coiffeurs, les terrains de golf et les détaillants pourraient être autorisés à rouvrir à partir de mai dans le cadre de ce plan.

À chaque étape du plan, le nombre de cas de COVID-19 sera suivi et l’on passera à l’étape suivante si le taux d’infection reste faible. M. Moe a aussi annoncé que les responsables de la santé publique tenteront d’augmenter le nombre de tests tout en retraçant les contacts de ceux qui ont été infectés.

Le Québec et l’Ontario doivent préciser leur plan de déconfinement cette semaine.