Les autorités sanitaires de Québec et d’Ottawa ne sont pas sur la même longueur d’onde en ce qui concerne le concept d’« immunité naturelle », au cœur de la stratégie de réouverture de l’économie québécoise. Les deux ordres de gouvernement ont par ailleurs des différends quant à la gestion des centres de soins pour aînés.

Mélanie Marquis Mélanie Marquis
La Presse

« Pas un concept à préconiser »

Au Québec, le gouvernement Legault a voulu préparer le terrain à la réouverture des écoles et de certains commerces en mettant en avant le principe de l’« immunité naturelle » au sein de la population. Or, l’administratrice en chef de l’Agence de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam, n’y adhère pas. « Ce n’est pas un concept qui devrait être préconisé », a-t-elle tranché en conférence de presse. Avant elle, le premier ministre Trudeau a déclaré qu’« il n’y a personne qui se base sur l’immunité comme une mesure qui fait partie de la marche à suivre pour les prochains mois », et qu’il y a « encore énormément de travail à faire là-dessus ».

PHOTO ADRIAN WYLD, LA PRESSE CANADIENNE

La Dre Theresa Tam, administratrice en chef de l’Agence de la santé publique du Canada

La Dre Caroline Quach-Thanh abonde dans le même sens : « On n’est même pas sûrs que les anticorps, une fois qu’ils sont présents, sont vraiment protecteurs, et protecteurs pour longtemps. C’est une inconnue de plus qu’il faut aller explorer. » La pédiatre, microbiologiste-infectiologue et épidémiologiste au CHU Sainte-Justine perçoit davantage la réouverture des écoles au Québec comme une nécessité économique et sociétale : « Avec 20 % de la population qui sont des enfants, c’est pas ça qui va faire arriver à 70 % [d’immunité] au sein de la population. »

Au même titre que l’Organisation mondiale de la santé, les autorités sanitaires au Canada ne détiennent pour le moment aucune preuve que les personnes qui reçoivent un résultat de test sérologique positif à la COVID-19 sont immunisées — donc protégées contre une réinfection. Le scénario de la délivrance de « passeports immunitaires » n’est donc pas encore envisagé pour les Canadiens correspondant à ce profil. « Ce qui n’est pas clair à date, c’est si les anticorps donnent une immunité et pour combien de temps », a souligné en conférence de presse le sous-administrateur en chef de la santé publique, le Dr Howard Njoo. L’OMS a averti samedi que la délivrance de passeports immunitaires pouvait en fait favoriser la propagation du virus.

CHSLD : « aucune intention » de s’ingérer

Après avoir piqué au vif le Québec et l’Ontario en suggérant que les centres de soins pour aînés auraient avantage à se retrouver dans le giron fédéral, Justin Trudeau a rétropédalé, samedi. Sa proposition de « discussion » sur la possibilité de placer ces établissements sous l’égide de la Loi canadienne sur la santé avait été balayée d’un revers de main par les premiers ministres du Québec et de l’Ontario, la veille. « J’ai toujours été très, très clair […] que je n’ai aucune intention de m’ingérer dans les compétences des provinces, a lancé M. Trudeau. Mais en même temps, les gens se posent de réelles questions à travers le pays sur comment on appuie nos aînés, comment on s’occupe de nos plus vulnérables. »

PHOTO ADRIAN WYLD, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, se montre satisfait de cette clarification, qu’il dit avoir réclamée lors d’un entretien téléphonique avec le premier ministre, vendredi. « Je lui ai demandé de s’enlever de là, [étant donné qu’on a] beaucoup d’autres choses à faire que d’ouvrir un conflit de juridiction […] Il l’a fait, j’apprécie », a-t-il exposé dans un entretien avec La Presse. « Évidemment, on maintient la demande du Québec de hausser les transferts en santé », a précisé M. Blanchet.

À ce sujet, Justin Trudeau a plaidé que dès le début de la crise de la COVID-19, le fédéral a versé un demi-milliard de dollars pour donner de l’oxygène aux réseaux de santé. Mais « on aura des conversations sur les transferts en santé », a-t-il indiqué.

Relance de l’économie : éviter la « confusion »

Alors que la Saskatchewan et le Nouveau-Brunswick ont présenté au cours des derniers jours leur plan de reprise économique, et que l’Ontario et le Québec leur emboîteront le pas cette semaine, Justin Trudeau a signalé que le gouvernement fédéral avait un rôle à jouer dans l’élaboration « des principes et des normes qui nous serviront tous », se disant néanmoins tout à fait conscient que « le timing et les mesures précises » vont différer d’une province à l’autre. « Cela dit, il y a un travail de coordination important qui va se faire à l’échelle nationale pour éviter toute confusion. La prochaine phase sera cruciale. Si on ne met pas les bonnes mesures en place, on pourrait perdre tous les progrès qui ont été réalisés jusqu’à présent », a-t-il prévenu à la veille d’un congé de conférence de presse, son premier depuis le week-end pascal.

Dans le camp conservateur, le lieutenant québécois Alain Rayes n’avait pas de requête spécifique à formuler à ce chapitre, sauf le souhait que le gouvernement « s’assure d’offrir aux provinces ce dont elles ont besoin pour la relance [et] surtout de ne pas mettre en place des mesures sans s’arrimer avec les provinces », a-t-il souligné en entrevue avec La Presse, citant l’exemple de la Prestation canadienne d’urgence pour les étudiants (PCUE).

Transférer l’argent de la PCUE au Québec ?

Au gouvernement du Québec, la PCUE a été perçue comme une mesure susceptible de plomber la campagne de recrutement de main-d’œuvre prévoyant le versement de 100 $ par semaine aux gens intéressés à prêter main-forte aux agriculteurs dans un contexte d’insécurité alimentaire. Si Justin Trudeau a de nouveau défendu samedi cette initiative prévoyant le versement de 1250 $ par mois aux étudiants postsecondaires entre mai et août, il a assuré qu’il serait très heureux de travailler avec les autres partis et avec les provinces pour améliorer l’aide à différents secteurs et aux étudiants.

Sans trop vouloir s’avancer, n’ayant pas encore obtenu le texte du projet de loi où cette mesure sera détaillée, le chef bloquiste Yves-François Blanchet a déjà « une solution extrêmement simple » en tête. « Si on veut éviter qu’il y ait une incohérence entre les politiques de Québec et celles d’Ottawa, il suffit qu’Ottawa transfère l’argent destiné aux étudiants à Québec, parce que l’éducation est une [compétence] exclusive du gouvernement québécois », a-t-il tranché au bout du fil.

La mesure législative pourrait être déposée mercredi prochain. Le cas échéant, les partis de l’opposition devraient avoir reçu le texte samedi en vue de la présentation en Chambre, alors que les députés seront réunis en chair et en os dans l’enceinte, mercredi.

Aide au secteur des pêcheries

Le premier ministre Trudeau a annoncé samedi un financement de 62,5 millions pour venir en aide à l’industrie de la pêche. « C’est de l’argent que les transformateurs pourront utiliser pour acheter de l’équipement de protection personnelle pour leurs travailleurs, adapter leurs protocoles sanitaires et appuyer d’autres mesures », a-t-il précisé.