Loin d’augmenter, le nombre de tests diagnostiques pour la COVID-19 pratiqués chaque jour stagne dans la province et est même en légère diminution. Les experts préviennent que cela nuit à la surveillance de l’épidémie, en plus de soulever des questions pour un éventuel déconfinement évoqué par le premier ministre François Legault.

Philippe Mercure Philippe Mercure
La Presse

Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) affirme pratiquer en moyenne de 6000 à 7000 analyses quotidiennes depuis la mi-mars. Pourtant, depuis une semaine, Québec dévoile chaque jour moins de 5000 résultats de COVID-19, positifs ou négatifs. Dans les faits, le nombre de tests effectués est sans doute encore moindre, parce que le Ministère affirme que certains cas sont confirmés sans tests de dépistage, en se basant sur les symptômes et les contacts avec d’autres personnes infectées.

« C’est inquiétant, parce qu’on ne voit pas l’augmentation réelle du nombre de cas. On ne teste pas assez pour pouvoir suivre l’évolution de l’épidémie et voir si on arrive à la maîtriser ou non. C’est ça qui est grave », dit la Dre Nimâ Machouf, épidémiologiste à la Clinique médicale urbaine du Quartier latin.

Actuellement, les tests sont principalement réservés aux patients hospitalisés et à ceux en CHSLD, au personnel de la santé et à ceux qui pratiquent des métiers essentiels. Ils sont aussi utilisés lors d’enquêtes épidémiologiques, pour tenter de comprendre certaines chaînes de transmission. Les tests dans la collectivité ont toutefois été interrompus.

En Ontario, en comparaison, le nombre de tests effectués chaque jour est en constante augmentation et dépasse maintenant celui du Québec au prorata de la population

Au ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), on dit effectuer moins de tests que ne le permet la capacité.

« La capacité des laboratoires est effectivement supérieure à cette demande et il est souhaitable qu’elle le soit, et non l’inverse. Limiter les analyses permet de prioriser les tests pour les travailleurs de la santé, les personnes hébergées en CHSLD, les patients hospitalisés, etc., dans un contexte où les approvisionnements en écouvillons et en réactifs sont limités », a expliqué le MSSS par courriel.

La Dre Caroline Quach-Tranh, pédiatre, microbiologiste-infectiologue et épidémiologiste, responsable de l’unité de prévention et contrôle des infections au CHU Sainte-Justine, constate que le Québec s’éloigne de pays comme la Corée du Sud et l’Allemagne, qui ont misé sur les tests massifs pour enrayer l’épidémie.

Je pense qu’il faudrait qu’on soit capables de tester plus, mais je ne sais pas si on en est capables actuellement.

La Dre Caroline Quach-Tranh

Nimâ Machouf souligne elle aussi le succès de la Corée du Sud, qui, très tôt dans l’épidémie, a multiplié les tests pour connaître les foyers d’infection et suivre les chaînes de transmission. « Ils ont agi là où on devait agir. Nous, on a failli à ça », dit-elle.

Tester plus pour déconfiner

La Dre Quach-Tranh souligne qu’il faudra trouver un moyen de tester davantage si on veut un jour lever les mesures de confinement, comme l’évoque maintenant le premier ministre François Legault. « Si on veut déconfiner et être en mesure de réagir très rapidement si ça repart en flèche, il faudra absolument tester davantage », dit-elle.

Ça nous prend des tests. Le déconfinement va être fait de façon très surveillée. Si on n’a rien qui nous indique si le feu prend quelque part, comment voulez-vous qu’on réajuste le tir et qu’on arrête le déconfinement ?

La Dre Nimâ Machouf

Selon Caroline Quach-Tranh, la stratégie de test devra aussi être adaptée. Si, en plein déconfinement, on ne teste qu’à l’hôpital, on détectera d’éventuelles flambées de l’épidémie avec deux ou trois semaines de retard. C’est en effet le temps qu’il faut aux gens pour se faire infecter, développer des symptômes et devenir assez malades pour nécessiter une hospitalisation. Des tests aléatoires dans la collectivité pourraient donc s’avérer nécessaires afin d’obtenir un portrait de la situation plus rapidement.

La Dre Quach-Tranh estime aussi qu’il faudra commencer à tester de cette façon au moins une semaine avant le déconfinement, afin d’avoir un point de référence.

« Ça prend une base, avant de déconfiner, pour savoir d’où on part. Si on déconfine et qu’on change les critères de tests en même temps, c’est sûr qu’on va avoir l’impression que ça augmente de façon exponentielle », souligne-t-elle.

À l’Université de Sherbrooke, des chercheurs ont créé un mélange d’enzymes surnommé « Sherby-20 » afin de combler le manque de réactifs nécessaires aux tests, qui a été utilisé un moment par le CIUSSS de l’Estrie-CHUS. Bruno Lemieux, un chimiste qui a participé à l’élaboration du mélange, explique toutefois que le laboratoire ne pourrait en produire de grandes quantités et que son utilisation à grande échelle risquerait de se buter à des obstacles réglementaires.

« Il faut voir ça comme une solution de dépannage qui a été utilisée dans un contexte bien circonscrit », dit-il.

En bref 

26 %

C’est la proportion de Canadiens qui souffrent d’un trouble de stress post-traumatique probablement dû à la COVID-19, selon les résultats préliminaires d’un sondage mené par l’Université de Sherbrooke auprès de 300 Québécois et de 300 Canadiens hors Québec. Fait à souligner, cette proportion est considérablement plus faible au Québec (19 %) qu’ailleurs au Canada (28 %). Selon le sondage, l’anxiété généralisée toucherait 29 % des Canadiens hors Québec, contre 14 % au Québec. Les chercheurs expliquent la différence par la confiance plus grande que vouent les Québécois que les autres Canadiens à leurs autorités de santé publique. La Dre Mélissa Généreux, professeure-chercheuse en santé publique et médecine préventive à l’Université de Sherbrooke, a qualifié dans un communiqué les résultats de « préoccupants » et a affirmé qu’il sera capital de suivre les effets psychologiques de la pandémie chez les Canadiens.

— Philippe Mercure, La Presse

Deux nouveaux vaccins québécois en préparation

Deux entreprises québécoises, Glycovax Pharma et Biotechnologies Ulysse, ont annoncé cette semaine travailler sur un vaccin contre la COVID-19. Les efforts de Glycovax sont dirigés par René Roy, qui a déjà développé deux vaccins contre la méningite. Le vaccin, dit « semi-synthétique », est encore au stade préclinique (il n’a donc pas été testé sur des humains). Biotechnologies Ulysse, de Trois-Rivières, planche quant à elle sur un vaccin qui serait produit à partir de levures ou de bactéries probiotiques et aurait la particularité de se prendre par la bouche plutôt que par injection. L’entreprise compte bientôt amorcer les premiers tests sur des animaux. Les deux entreprises affirment que si leur vaccin s’avère efficace, elles pourront le produire rapidement à grande échelle.

— Philippe Mercure, La Presse

Suivre la COVID-19 avec la Fitbit…

Des ingénieurs de l’Université Stanford en Californie ont lancé un projet de détection précoce de la COVID-19 asymptomatique grâce aux bracelets de sport de style Fitbit. De plus en plus d’études lient des variations subtiles dans le rythme cardiaque, le taux d’oxygène et la température de la peau à diverses maladies. En analysant les réponses de 5000 cobayes et les données de leur bracelet sportif, les chercheurs pensent pouvoir étendre aux 250 000 propriétaires de ce gadget ce service de détection précoce. Cinq marques de bracelet seront testées. Les chercheurs de Stanford ont publié maintes études sur le sujet depuis 2017, notamment sur la grippe, le diabète mal maîtrisé et la maladie de Lyme.

— Mathieu Perreault, La Presse

… et avec les égouts

Il est possible de détecter de nouvelles vagues de COVID-19 en analysant les eaux usées, selon une nouvelle étude de l’Université d’État de l’Arizona, publiée cette semaine dans la revue Science of the Total Environment. Le coronavirus responsable de la maladie laisse des traces dans les excréments, même s’ils ne sont pas infectieux. Les chercheurs ont évalué qu’une prévalence dans la population très basse, de l’ordre de 1 %, pourrait être détectée dans les eaux usées. Tout dépendant de la longueur des égouts, de la quantité d’eau utilisée par ménage et de la température, la prévalence minimale détectable pourrait être d’un sur deux millions de personnes. Une telle tactique pourrait aider au déconfinement en assurant une surveillance efficace pour réimposer un confinement en accordéon au gré des nouvelles vagues de COVID-19.

— Mathieu Perreault, La Presse