(Ottawa) Le gouvernement du Canada n’a « aucune intention » de s'immiscer dans le champ de compétence des provinces en matière de santé, a précisé samedi le premier ministre.

Mélanie Marquis Mélanie Marquis
La Presse

Il a ainsi corrigé le tir, ses réflexions à voix haute de la veille ayant été mal accueillies au Québec et en Ontario. Car à l'ouverture de Justin Trudeau à l'idée de placer les CHSLD sous l’égide de la Loi canadienne sur la santé, les premiers ministres François Legault et Doug Ford ont fermé la porte, plaidant en chœur que leurs réseaux de santé étaient sous-financés depuis des années.

« J’ai toujours été très, très clair que je n’ai aucune intention d’ingérer le fédéral dans les champs de compétence des provinces, a-t-il martelé, samedi. Mais en même temps, les gens se posent des questions réelles à travers le pays sur comment on appuie nos aînés, comment on s’occupe de nos plus vulnérables »

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, s’est dit satisfait de la clarification sur les CHSLD, qu’il dit avoir réclamée lors d’un entretien téléphonique avec Justin Trudeau, vendredi. « Je lui ai demandé de s’enlever de là, qu’évidemment, on avait autre chose à faire que d’ouvrir un conflit de juridiction […] Il l’a fait, j’apprécie », a-t-il exposé dans un entretien avec La Presse. « Évidemment, on maintient la demande du Québec de hausser les transferts en santé », a précisé M. Blanchet.

En ce qui a trait aux transferts en santé, le fédéral est ouvert à des discussions avec les provinces sur le financement, avait signalé Justin Trudeau en conférence de presse à Rideau Cottage. Il a fait valoir que dès le début de la crise de la COVID-19, son gouvernement leur a versé un demi-milliard en aide.

« On aura des conversations sur les transferts en santé, a signalé Justin Trudeau. Nous allons avoir d’autres discussions sur comment on peut travailler ensemble en tant que pays pour assurer que nos systèmes en place sont les bons pour aider les Canadiens. »

Réouverture: Ottawa veut éviter la « confusion »

Au lendemain de sa conférence téléphonique avec ses homologues provinciaux et territoriaux, Justin Trudeau est revenu sur la question de la relance graduelle de l'économie canadienne, alors que des administrations provinciales ont commencé à dévoiler leur plan de déconfinement.

Le fédéral, a-t-il souligné, a un rôle à jouer dans l'élaboration « des principes et des normes qui nous serviront tous », en étant néanmoins tout à fait conscient que « le timing et les mesures précises » vont différer d'une province à l'autre.

« Cela dit, il y a un travail de coordination important qui va se faire à l'échelle nationale pour éviter toute confusion [...] La prochaine phase sera cruciale. Si on ne met pas les bonnes mesures en place, on pourrait perdre tous les progrès réalisés jusqu'à présent », a-t-il prévenu.

La Saskatchewan et le Nouveau-Brunswick ont présenté ces derniers jours leurs plans de reprise économique. L’Ontario et le Québec, les deux provinces les plus touchées par la pandémie de la COVID-19, doivent leur emboîter le pas la semaine prochaine.

Aide à l'industrie de la pêche et congé dimanche

Le premier ministre Trudeau annonçait samedi un financement de 62,5 millions pour venir en aide à l’industrie de la pêche. « C’est de l’argent que les transformateurs pourront utiliser pour acheter de l’équipement de protection personnelle pour leurs travailleurs, adapter leurs protocoles sanitaires et appuyer d’autres mesures », a-t-il précisé.

Il a par ailleurs signalé qu’il prenait congé de conférence de presse dimanche. Ses ministres et les autorités de santé publique l’imiteront.