(Ottawa) Alors que Justin Trudeau défend bec et ongles sa prestation pour étudiants, François Legault s’inquiète de ses effets sur le recrutement de personnel.

Mélanie Marquis Mélanie Marquis
La Presse

« Je ne vais pas m’excuser d’avoir appuyé nos étudiants pendant ce moment difficile, a lancé le premier ministre du Canada, jeudi. S’assurer qu’ils aient l’argent pour couvrir leur loyer, payer leur épicerie, être sûr de pouvoir retourner aux études à l’automne, c’est la bonne chose à faire. »

Le fédéral a annoncé mercredi la mise sur pied de la prestation canadienne d’urgence pour étudiants (PCUE). Le programme prévoit le versement de 1250 $ par mois à l’ensemble des étudiants postsecondaires du pays pendant quatre mois, soit de mai à août.

Invité à dire si cette générosité pourrait engendrer une pénurie de main-d’oeuvre dans certains commerces qui embauchent normalement des étudiants, souvent à des salaires peu élevés, Justin Trudeau s’est est remis à sa confiance envers la jeunesse.

« Je connais les jeunes Canadiens, et je connais les jeunes à travers le pays qui vont vouloir faire partie de la solution, qui vont vouloir pouvoir aider, contribuer à la relance économique à leur façon », a-t-il argué en conférence de presse à Rideau Cottage.

Le premier ministre François Legault semble voir les choses autrement, laissant entendre que les efforts du Québec pour recruter du personnel pourraient être contrecarrés par cette aide directe financière d’Ottawa.

« Bon, là, il y a un nouveau programme pour les étudiants. C’est sûr que ça peut avoir un certain impact », a-t-il offert en guise de réponse à une question portant sur les pénuries de travailleurs dans le réseau de la santé.

Un programme de jumelage

Au Parti conservateur, on invite le gouvernement Trudeau à instaurer un programme temporaire pour jumeler les étudiants et les jeunes à des emplois dans le secteur agricole et agroalimentaire, ce qui comprend l’industrie des poissons et des fruits de mer.

« Des agriculteurs et des éleveurs m’ont directement dit qu’ils ont besoin d’un soutien accru et qu’ils bénéficieraient d’un tel programme. De plus, cela offrira aux jeunes Canadiens des possibilités de carrière incroyables dans le secteur agricole », a déclaré le député John Barlow.