C’est l’hécatombe dans les CHSLD. On devinait les contours de cette hécatombe depuis quelque temps et mardi, on a pu la quantifier : 850 des 1041 Québécois morts de la COVID-19 étaient en CHSLD.

Patrick Lagacé Patrick Lagacé
La Presse

Comment a-t-on pu en arriver là ?

L’heure des bilans n’a pas sonné. Elle viendra. Mais déjà, on montre les angles morts. Deux arguments maintes fois soulevés : le manque de personnel dans les CHSLD, le personnel mal payé.

Fort bien, les gens qui travaillent auprès des vieux méritent la dignité d’être bien payés et pas trop surchargés, ce faisant.

***

Mais j’aimerais apporter une autre donnée au débat sur l’hécatombe dans les CHSLD, sur les hécatombes dans les résidences pour personnes âgées ailleurs dans le monde pendant cette pandémie, comme aux États-Unis, en France, en Italie, en Grande-Bretagne.

Voici cette donnée : 100 millions de copies de virus par millilitre de sécrétion. C’est la charge virale de la personne âgée en phase terminale, en train de mourir de cette saloperie.

C’est une charge virale extraordinairement élevée, me dit le Dr Richard Marchand, microbiologiste-infectiologue à l’Institut de cardiologie de Montréal : « La personne qui est intubée aux soins intensifs parce qu’elle a développé des complications de la COVID-19, une personne qui n’est pas très vieille, après 10 jours, sa charge virale est de 1000 virus par millilitre de sécrétion. »

Traduction : la personne âgée de 87 ans qui a contracté le coronavirus dans un CHSLD et qui en développe des complications au point d’être en phase terminale est une sorte de culture virale.

Plus la personne est âgée, plus son système immunitaire est lent et plus son système immunitaire a de la difficulté à se défendre. Le virus peut donc se répliquer plus vite…

Le Dr Richard Marchand, microbiologiste-infectiologue à l’Institut de cardiologie de Montréal

C’est le concept d’immunosénescence, la perte d’efficacité du système immunitaire causée — notamment, mais pas seulement — par l’âge. L’immunosénescence a été définie par un chercheur comme le crépuscule de l’immunité.

Plus on vieillit, plus il devient difficile de combattre des infections. La COVID-19 se développe après l’infection au nouveau coronavirus SARS-CoV-2.

« Pour se défendre, poursuit le Dr Richard Marchand, le corps doit produire des anticorps. Les anticorps se développent en mangeant. À l’agonie, vous ne mangez pas. Pas de protéines, pas d’anticorps. D’où cette charge virale qui est plus grande chez les personnes âgées… »

C’est un fait qui consterne ceux qui se sont penchés sur le sujet. Marc Van Ranst, virologue et épidémiologiste à l’Université de Louvain, en Belgique : « De tous les virus que je connaisse, le SARS-CoV-2 a la charge virale la plus élevée. Et quand on regarde la charge virale des personnes âgées, c’est ahurissant. »

Traduction, encore : la contagiosité du nouveau coronavirus n’est pas égale selon les individus ; les personnes âgées sont les plus susceptibles d’être les personnes les plus contagieuses. Et celles qui sont en train de mourir sont les plus contagieuses.

Le Dr Richard Marchand : « En CHSLD, vous avez donc une personne âgée qui excrète des charges virales épouvantables… »

Où se trouve le virus ? Dans la salive, dans le mucus du nez, bien sûr. Mais là où les personnes âgées se distinguent des malades plus jeunes, c’est que le virus se retrouve en quantité colossale dans leurs selles.

« Chez les plus jeunes, m’explique Richard Marchand, le virus est souvent neutralisé quand il est dans les selles parce que les personnes plus jeunes génèrent plus d’anticorps… »

Bref, plus on est vieux, plus on est contagieux, plus on a de risques de contaminer autrui.

Et plus on est en proximité avec autrui — comme dans les CHSLD —, plus on risque de contaminer plus de gens, qui vont eux-mêmes en contaminer plus. L’hécatombe en CHSLD s’explique aussi par cette réalité.

Un CHSLD est un « milieu de vie », pas un hôpital. Le H de CHSLD, ce n’est pas pour « hospitalier », c’est pour « hébergement » : centre d’hébergement et de soins de longue durée.

Dans ce type d’hébergement, on trouve des gens qui sont aux derniers kilomètres de leurs vies. Séjour moyen : un peu plus de deux ans. Ils sont tous réunis sous le même toit, avec des problèmes de santé qui nécessitent un minimum de trois heures de soins par jour.

Ces soins supposent une inévitable proximité. Entre les résidants, entre les employés et entre les employés et les résidants.

Et vous avez des employés qui, bien sûr, passent d’un étage à l’autre. Des employés qui passent d’un CHSLD à l’autre, aussi, parce qu’ils n’ont pas d’horaire à temps plein, ils se construisent un temps plein en travaillant dans deux, trois CHSLD.

Tous ces gens — soignants et soignés — transportent leurs petits virus, leurs petites bactéries, leurs petits germes partout dans le CHSLD, partout dans les autres CHSLD…

Et dans le domicile des soignants.

Et dans les hôpitaux, parce que les allers-retours entre CHSLD et hôpitaux sont perpétuels pour certains résidants.

Richard Marchand : « Le CHSLD est la plaque tournante de plusieurs microbes dans le réseau, c’est su et connu depuis longtemps, c’est dans la normalité des choses… »

L’heure des bilans viendra, le Québec devra un jour créer une commission d’enquête sur le modèle de celle que l’Ontario a créée après la crise du SRAS — un autre coronavirus — en 2003. Il faudra bien apprendre pour bien se préparer à une deuxième vague, à un nouveau virus.

Mais l’angle de la réflexion actuelle sur le désastre en CHSLD m’apparaît limité : j’écris ces lignes et le PM parle encore de bonifier les salaires et les ratios soignants-soignés en CHSLD, en réponse à la question d’un journaliste.

Ce qui est juste et bon, il faut le faire : les gens qui s’occupent des vieux vulnérables en CHSLD devraient y être décemment payés et ne pas se tuer à l’ouvrage parce qu’on y manque de bras.

Mais croire que des employés plus nombreux et mieux payés en CHSLD auraient permis d’éviter l’hécatombe actuelle dans les CHSLD, c’est de la pensée magique.

Il y a quelque chose dans la nature même des foyers pour personnes âgées qui facilite les hécatombes, ici et ailleurs. Ça tient à la proximité inhérente des gens qui y vivent et travaillent. Ça tient à l’organisation de l’espace. Ça tient à un manque de moyens et d’expertise pour contrôler les infections.

Corriger tout cela va être plus complexe que simplement augmenter les salaires et le nombre d’employés.

***

En passant, est-ce que les gens qui œuvrent présentement en CHSLD ont tous les fameux masques N95 ?

On me dit que non…

Même si on double demain matin le nombre de soignants dans les CHSLD, s’ils sont mal équipés, ça va juste faire deux fois plus de soignants infectés par les malades les plus contagieux : les vieux.