Chaque jour, nous répondons aux préoccupations des lecteurs.

Marie Allard Marie Allard
La Presse

Mon enfant est en 4e année du primaire. Il devait recevoir en avril, à l’école, une deuxième dose du vaccin contre les infections par les virus du papillome humain (VPH). L’école est bien sûr fermée. S’il ne reçoit pas sa deuxième dose avant l’automne, est-ce que le vaccin sera moins efficace ? Il a eu la première dose en novembre dernier.

« Il n’y a aucune inquiétude à avoir avec un délai d’un an entre deux doses de vaccin VPH », répond Marc Brisson, professeur à la faculté de médecine de l’Université Laval et chercheur au Centre de recherche du CHU de Québec. C’est entre 9 et 11 ans que le système immunitaire des enfants répond le mieux aux vaccins contre les infections par les virus du papillome humain (VPH), selon le gouvernement du Québec. D’après une étude publiée par Marc Brisson dans la revue médicale The Lancet, le cancer du col de l’utérus pourrait être éliminé d’ici 20 ans au Canada, notamment grâce à la vaccination contre les VPH.

Pourriez-vous définir le terme COVID, plus précisément le D dans COVID ?

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé le 11 février que le nom de la nouvelle maladie serait COVID-19. Si « CO » signifie corona et « VI » virus, « D » veut dire « disease », soit maladie en anglais. Le chiffre 19 rappelle l’année de son apparition, en 2019.

À noter : le virus et la maladie portent des noms différents. C’est le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2) qui cause la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19). Si on dit la COVID-19 (et non le COVID-19), c’est justement parce que le D désigne le mot « disease » ou maladie.

Avec l’ouverture prochaine de la chasse au dindon, peut-on changer de région pour chasser, si on ne côtoie personne une fois sur place ?

Non. « Les déplacements liés aux loisirs ne sont pas considérés comme nécessaires », répond Catherine Ippersiel, relationniste au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs. Les chasseurs et piégeurs peuvent toutefois « pratiquer leur activité près de leur résidence principale, dans le respect des lois et règlements », précise-t-elle. Il faut maintenir une distance de deux mètres entre les chasseurs qui n’habitent pas à la même adresse et s’abstenir de camper dans les zones d’exploitation contrôlée (ZEC). Il est maintenant possible d’enregistrer son gibier au téléphone ou en ligne, si on respecte les conditions

« Les agents de la Protection de la faune continuent d’assurer une présence partout sur le territoire du Québec afin que les activités de chasse et pêche se fassent dans le respect des lois », souligne Catherine Ippersiel.

Notre assureur exige que nous changions tous les chauffe-eau des condos de notre copropriété d’ici mai. En raison de la pandémie de COVID-19, nous ne pouvons toutefois pas en faire installer de nouveaux en ce moment. Serons-nous couverts par l’assurance si jamais nous avions un dégât d’eau dû à un chauffe-eau ?

Le mieux est d’appeler votre assureur pour l’aviser dès maintenant de la situation « et voir ce qu’il est possible de faire », recommande Pauline Triplet, conseillère en communication au Bureau d’assurance du Canada (BAC). « Les membres du BAC se sont engagés à soutenir et accompagner leurs assurés pendant la crise, indique-t-elle. Chaque cas étant unique, les assurés éprouvant des difficultés doivent communiquer avec leur assureur pour discuter de leur situation. »

J’aimerais savoir si l’assouplissement des mesures interdisant la présence de proches aidants s’applique seulement aux CHSLD ou aux résidences privées également ?

« Il n’est question pour l’instant que des CHSLD », répond Marie-Claude Dion, responsable des communications au Regroupement québécois des résidences pour aînés, qui représente des résidences privées. Depuis le 16 avril, un proche aidant peut apporter du soutien à une personne hébergée en CHSLD. Il faut toutefois que ce proche soit connu du CHSLD pour son implication auprès du résidant (antérieure à la pandémie de COVID-19). Attention : il est fortement recommandé que les proches aidants de 70 ans et plus restent chez eux, selon le ministère de la Santé et des Services sociaux.

Est-ce que les dates d’audition à la cour municipale pour une contestation d’une contravention sont maintenues ?

Non. « Vous n’avez pas à vous présenter à la cour municipale le jour de votre audition, précise le site internet de la cour municipale de Montréal. Toutes les auditions déjà prévues sont reportées. Un nouvel avis vous sera transmis par la poste. » Bon à savoir : les délais prévus pour contester et payer un constat d’infraction en matière de circulation et de stationnement sont, eux aussi, reportés. Il est possible de payer en ligne, mais il n’y a pas de pénalité si vous n’êtes pas en mesure de le faire.

Je demeure au Saguenay, dans une région confinée. Mon mari et moi avons 62 ans et 56 ans. Mon mari travaille encore dans l’alimentation et je suis une enseignante à la retraite. Pourrons-nous bientôt sortir la décapotable et partir nous balader dans notre région ? Il me semble que cela ferait du bien au moral et que ce serait sans danger.

Malheureusement, non. Selon les consignes actuelles du gouvernement du Québec, les déplacements « devraient se limiter à des raisons médicales et pour le travail, dans un contexte où le télétravail n’est pas possible ».