(Québec) « Big Brother de 1984 de Orwell, il est chez nous, il est arrivé. » La crise de la COVID-19 fait craindre au lieutenant-gouverneur du Québec, J. Michel Doyon, des abus de pouvoir des gouvernements et des forces de l’ordre.

Caroline Plante
La Presse canadienne

D’ordinaire discret, l’homme qui a célébré lundi son 77e anniversaire de naissance s’est posé en sage lors d’une entrevue à La Presse canadienne, rappelant au passage que sa génération ne méritait pas d’être victime d’âgisme.

En poste depuis 2015, M. Doyon signe les décrets qui lui sont envoyés par le gouvernement Legault, mais docteur en histoire et en philosophie, il ne se prive pas de réfléchir à la crise sanitaire et à ses nombreux impacts, sur les libertés individuelles notamment.

La géolocalisation, que la police de Québec a avoué avoir utilisée pour retrouver une femme infectée à la COVID-19, lui donne froid dans le dos.

« J’ai beaucoup plus peur pour la démocratie de la technologie que j’ai peur de nos hommes politiques », a-t-il déclaré de sa résidence à Québec, même si selon lui, le président américain Donald Trump a des idées d’hégémonie.

« On va être capable de localiser les gens, c’est peut-être très bien, a priori je vous dis : “Bravo, bravo, on va être capable de prendre les gens qui font des mauvais coups”, mais il y a des gens qui font des bons coups aussi et on va les suivre. »

Dangereux

De façon générale, la crise de la COVID-19, « c’est sûr que ça va être dangereux pour la démocratie, affirme-t-il sans détour, parce que les gouvernements exercent des pouvoirs qui sont très très très rigoureux ».

« Le dictateur ne naît pas de lui-même. Il naît du fait que le citoyen désire être protégé, et il se sent protégé par des présidents ou des chefs d’État qui vont exercer un pouvoir d’attraction », a-t-il poursuivi en prenant l’exemple de la Hongrie, où le gouvernement s’est arrogé des pouvoirs « presque dictatoriaux ».

Ancien bâtonnier du Barreau de Québec, M. Doyon a enseigné l’histoire au cégep et à l’Université Laurentienne de Sudbury. Il détient une licence en droit, un doctorat en histoire de l’Université Laval ainsi qu’un doctorat en philosophie de cette même institution.

Aux détracteurs de sa fonction (le Parti québécois a boycotté son assermentation en 2015 et la Coalition avenir Québec n’y a envoyé qu’un seul de ses députés), il rappelle que le poste de lieutenant-gouverneur existe dans notre régime parlementaire, qu’on le veuille ou non. « Lorsqu’arrivera une république, ce sera une république. S’il n’y en a pas, il n’y en aura pas. »

Plusieurs députés jugent que l’institution du lieutenant-gouverneur, symbole de la monarchie britannique, n’a aucune légitimité démocratique.

La crise de la COVID-19, M. Doyon dit la vivre comme tous les autres Québécois (« Il n’y a aucun sang royal chez moi ! »), même si son poste lui permet d’avoir un regard privilégié sur l’action gouvernementale.

Mis en quarantaine

Il raconte être revenu en catastrophe le 13 mars de Malaga, en Espagne, où il séjournait en vacances. Ses proches lui ont conseillé de revenir d’Europe, alors qu’il commençait lui aussi à prendre la pleine mesure de la crise.

Trois jours plus tard, l’Espagne fermait ses frontières.

De retour au Québec, il s’est mis en quarantaine, mais a continué de travailler, puisque le gouvernement Legault annonçait des mesures exceptionnelles de confinement.

Décret déclarant l’urgence sanitaire, décret suspendant le travail jugé non prioritaire, des documents « de grande importance » qu’il aurait autrefois signés à la main, mais qui sont désormais encryptés et envoyés sur sa tablette.

Et parce qu’on ne peut pas donner à un gouvernement des pouvoirs « sans date de péremption », ces décrets sont renouvelés à tous les 10 jours.

À 77 ans, le représentant de la reine au Québec se dit aussi victime d’âgisme.

« Si je me promène dans la rue, les gens pensent que je suis vecteur du virus, a-t-il déploré. On prend les vieux pour des gens qui s’en vont vers la sénilité, mais il faut faire attention à ça. »

Le débat parlementaire, « il faut que ça revienne »

Dans le contexte de la COVID-19, il était justifié que l’Assemblée nationale ferme ses portes, « mais la démocratie, il faut que ça revienne là, il ne faut pas que ça revienne au mois de décembre l’année prochaine ! »

Il serait anormal, selon lui, que les députés d’opposition restent cois, une fois la crise sanitaire réglée. « Le jour où tous les gens pensent pareil, c’est là que la démocratie devient en danger », estime-t-il.

« Nos hommes et femmes politiques vont reprendre le travail, ils vont à nouveau critiquer le gouvernement. […] J’ai beaucoup confiance dans la démocratie québécoise. Les Québécois sont très démocrates. »

Chose certaine, la société sera fort différente, prédit M. Doyon. Les gouvernements ont un travail « titanesque » devant eux pour régler les problèmes sociaux et économiques découlant de la crise sanitaire.

Les Québécois aussi devront se poser des questions « philosophiques » sur les relations humaines et leur rapport aux autres, croit-il.

Qu’est-ce qu’un lieutenant-gouverneur ?

Le lieutenant-gouverneur, dans notre régime parlementaire, est appelé à exercer un certain nombre de responsabilités constitutionnelles. Même si dans les faits, les pouvoirs législatif et exécutif sont exercés d’une part par les élus de l’Assemblée nationale et, d’autre part, par le premier ministre et son conseil des ministres, le lieutenant-gouverneur incarne la pérennité de l’État.

Source : http://www.lieutenant-gouverneur.qc.ca