(Ottawa) Le ministre de la Défense Harjit Sajjan a pu déjouer les velléités protectionnistes de l’administration Trump et obtenir 200 respirateurs destinés au Canada qui étaient retenus à Boston grâce aux liens qu’il a pu établir avec le Pentagone au cours des cinq dernières années.

Joël-Denis Bellavance Joël-Denis Bellavance
La Presse

Selon des informations obtenues par La Presse, les respirateurs en question sur lesquels les autorités canadiennes voulaient mettre la main ne devaient plus quitter le territoire américain à la suite de la décision du président des États-Unis Donald Trump d’invoquer le Defence Production Act (DPA), une loi qui remonte à la guerre de Corée et qui permet à l’administration d’imposer des conditions aux manufacturiers américains, par exemple le type de produits qu’ils fabriquent en priorité, et d’en limiter les exportations.

Le président Trump a récemment invoqué cette loi pour empêcher la société américaine 3M d’exporter des masques N95 vers le Canada et des pays d’Amérique latine. Cette décision, qui a soulevé l’ire des autorités canadiennes, et en particulier du premier ministre de l’Ontario Doug Ford, a toutefois été partiellement infirmée une semaine plus tard, et l’entreprise a pu reprendre ses exportations vers le Canada.

En coulisses, le ministre Sajjan et ses conseillers ont pu contourner les obstacles érigés par le président américain afin d’obtenir les 200 respirateurs flambants neufs en demandant aux Forces armées canadiennes de procéder à leur achat.

« Le ministre et son équipe ont persuadé le Pentagone de les envoyer au Canada. On leur a dit qu’il fallait que la commande soit faite par les Forces armées canadiennes et le Pentagone, en raison des alliances militaires existantes, avait l’autorisation de procéder à l’envoi des respirateurs », a expliqué une source gouvernementale.

La Presse a accordé l’anonymat à cette source parce qu’elle n’avait pas l’autorisation de discuter publiquement de ce dossier.

« C’est tout de même remarquable ce qui a été fait dans ce dossier. […] C’est d’autant plus vrai que les relations canado-américaines représentent tout un défi en raison de la crise et que les choses risquent d’empirer encore au sud de la frontière », a ajouté cette source digne de foi.

D’un commun accord, le Canada et les États-Unis ont annoncé en fin de semaine que la frontière entre les deux pays allait demeurer fermée pour les voyages non essentiels pour une autre période de 30 jours, soit jusqu’au 21 mai.

Ces 200 respirateurs font partie des quelque 400 appareils obtenus par le gouvernement fédéral qui ont été distribués aux provinces au cours des dernières semaines, selon nos informations. Il a été impossible d’obtenir le nombre de respirateurs qui a été remis à chacune des provinces par Ottawa.

PHOTO BENOIT TESSIER, REUTERS

Au bureau du ministre Sajjan, un proche collaborateur n’a pas voulu commenter l’intervention en coulisses du ministre, préférant braquer les projecteurs sur l’ensemble du gouvernement fédéral durant la crise de la pandémie de COVID-19. « Le ministre a d’excellentes relations avec son homologue de la Défense aux États-Unis. Il s’agit d’un travail d’Équipe Canada », a notamment affirmé ce proche collaborateur, qui a requis l’anonymat.

Récemment, le premier ministre Justin Trudeau a annoncé que le gouvernement fédéral avait conclu des ententes avec des entreprises canadiennes comme Thornhill Medical et CAE, entre autres, afin d’acheter 30 000 respirateurs fabriqués au Canada.

À la reprise des travaux de la Chambre des communes, lundi, M.  Trudeau a indiqué que l’on s’attend à ce qu’une première commande de respirateurs soit livrée en mai.

M. Trudeau a d’ailleurs dû expliquer aux Communes pourquoi une agence fédérale avait jeté aux ordures quelque 2 millions de masques N95 et 440 000 gants qui se trouvaient dans un entrepôt de la Réserve nationale stratégique d’urgence (RNSU), qui a pignon sur rue à Regina, au printemps dernier, comme l’a révélé la semaine dernière une enquête de la CBC.

La RNSU, qui relève du gouvernement fédéral, permet aux provinces et aux territoires d’obtenir des équipements médicaux qui s’y trouvent en cas de crise sanitaire comme une pandémie.

Le premier ministre a indiqué que ces équipements étaient périmés depuis au moins cinq ans, mais il a affirmé que l’on doit revoir les protocoles d’utilisation afin de remettre ces équipements aux provinces pour les utiliser avant qu’ils atteignent la date limite d’utilisation de cinq ans. Cela devrait permettre à l’agence de renouveler son stock en quantité suffisante pour affronter les crises comme celle que l’on vit en ce moment.