Bill Gates avait prévenu le monde.

Isabelle Hachey Isabelle Hachey
La Presse

C’était en des temps très anciens, aux temps de l’innocence… en 2015. Le fondateur de Microsoft avait alors déclaré, dans un TED Talk, que la menace la plus périlleuse à laquelle l’humanité était confrontée n’était pas une guerre nucléaire, mais un virus microscopique qui tuerait des millions de gens.

La planète n’était pas prête à faire face à une pandémie, s’inquiétait Bill Gates dans sa conférence. Les systèmes de santé risquaient de crouler sous le poids des malades.

À l’époque, on a haussé les épaules.

Ouais, bof…

Cinq ans plus tard, des millions d’internautes visionnent le TED Talk de Bill Gates sur YouTube. Mais pour bon nombre d’entre eux, ce n’est pas pour se dire qu’ils auraient bien dû l’écouter. Plutôt pour se convaincre que le philanthrope… a lui-même causé la pandémie !

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

« En temps normal, les vedettes qui croient que les nuages sont des produits chimiques répandus en secret par les gouvernements ne méritent pas qu’on s’y attarde. Mais nous ne sommes pas en temps normal. Nous sommes en pleine crise. Chaque jour, on fait le décompte des morts de la COVID-19 », souligne notre chroniqueuse.

Bill Gates est devenu « la star d’une explosion de théories du complot sur la pandémie », rapporte le New York Times. Les internautes s’en donnent à cœur joie : il a créé le virus pour tirer profit d’un vaccin dont il a déjà le secret, pour procéder à l’abattage sélectif de la population mondiale ou encore – tant qu’à y être – pour injecter des puces électroniques sous la peau des gens, cette bande de moutons endormis.

Bill Gates peut bien avoir contribué au développement et à la distribution de vaccins (notamment contre la rougeole et la polio) dans le monde, ce n’est pas ça qui arrêtera les conspirationnistes.

Parmi eux, il y a la comédienne Lucie Laurier, qui a photographié des nuages dans le ciel de Montréal, en octobre, pour les diffuser sur Twitter. Pardon, ai-je écrit nuages ? Je voulais dire « épandages », des épandages quotidiens, elle n’est pas la seule à l’avoir remarqué, « on ne veut pas notre bien… »

Depuis le début de la crise, la popularité de Lucie Laurier a bondi sur les réseaux sociaux – et pas pour les bonnes raisons. C’est que, voyez-vous, elle se méfie du « milliardaire blafard ». Encore plus d’un éventuel vaccin contre la COVID-19.

Lucie Laurier a décliné ma demande d’entrevue. Sur Twitter, elle écrit : « L’ennemi invisible ? Le chaos est créé pour imposer l’ordre. Si vous ne vous rendez pas compte de l’effort mondial concerté de nous contrôler par la peur, d’anéantir les petites entreprises, de se débarrasser de ceux qu’ils ne jugent plus utiles, vous vous réveillerez trop tard. »

***

Vous me direz qu’on ne devrait pas prêter attention aux élucubrations des conspirationnistes.

Sans doute. En temps normal, les vedettes qui croient que les nuages sont des « chemtrails », des produits chimiques répandus en secret par les gouvernements, ne méritent pas qu’on s’y attarde.

Mais nous ne sommes pas en temps normal. Nous sommes en pleine crise. Chaque jour, on fait le décompte des morts de la COVID-19. Lundi seulement, il y en a eu 62, au Québec.

Soixante-deux.

Le gouvernement a demandé l’aide de nombreux artistes pour convaincre la population de rester à la maison et respecter les consignes de la Santé publique.

Alors, si une comédienne soutient en public que tout ça n’est qu’une mascarade, on peut imaginer qu’il y aura quelques zigotos pour la croire. Et pour ne plus croire aux règles destinées, je le rappelle, à sauver des vies.

Bref, en ces temps de pandémie, Lucie Laurier et les autres complotistes ne sont pas juste pitoyables. Ils sont un danger public.

***

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

La comédienne Lucie Laurier

Le danger est décuplé quand des médias traditionnels leur offrent une tribune – et la crédibilité qui vient avec. Le 16 avril, Lucie Laurier a accordé une entrevue à Éric Duhaime, animateur au FM93 de Québec.

À propos d’un éventuel vaccin obligatoire contre la COVID-19, Lucie Laurier s’est emportée : « C’est carrément notre intégrité physique qui est mise en danger ! Il n’en est pas question ! Mon corps m’appartient ! »

Puis, elle a lancé un appel à l’insurrection des « gars de Québec », parce qu’on a « besoin de testostérone » et que « la révolution ne va pas se faire sur le Plateau » :

« Un moment donné, là, vous êtes en train de vous faire émasculer. Pis moi, je trouve qu’on a besoin de gens qui se lèvent debout pis qui demandent des comptes. »

Je les imagine s’entasser sur la Grande Allée, ces gars bourrés de testostérone, pancarte à la main, casquette rouge vissée sur la tête. Libarté !

Bien sûr, on n’est pas aux États-Unis. N’empêche, alors que les autorités sanitaires font tout pour contenir la propagation de la pandémie, ce genre d’appel à la révolte est carrément irresponsable.

***

C’est à cause de l’anxiété ambiante, disent les psys.

Partout dans le monde, les gens cherchent des réponses à leurs angoisses. C’est humain. Comme la science a encore très peu à leur offrir, les complotistes remplissent le trou noir avec leurs inébranlables certitudes.

Partout dans le monde, les théories prolifèrent. Au Québec, le vlogueur Alexis Cossette-Trudel a vu sa popularité exploser : l’auditoire de son canal, Radio-Québec, est cinq fois plus élevé qu’auparavant, a révélé La Presse dans un récent reportage.

Avant la pandémie, Alexis Cossette-Trudel crachait sa hargne du Fardoche à la peau noire de la nouvelle série Passe-Partout et accusait Justin Trudeau de pédophilie. Pas chic, j’en conviens. Mais ça ne tuait personne.

Aujourd’hui, ses théories du complot sur le coronavirus risquent d’avoir un impact dans le vrai monde.

Parce que Cossette-Trudel doit bien avoir une influence sur ses dizaines de milliers d’auditeurs. Ne serait-ce que leur donner l’impression de faire partie d’une minorité d’allumés, ceux qui savent, pendant que le reste de la populace continue de se laisser berner.

Quand le gouvernement adopte un plan d’urgence, les allumés sont incapables d’y voir des mesures destinées à sauver des vies. Ils ne voient que les griffes d’un État policier se refermer sur eux.

Je leur concède une chose : ce virus est liberticide. À cause de lui, on a fermé des commerces, on a enfermé la population. À cause de lui, on donne des amendes à des gens ordinaires pour les punir de faire des choses… ordinaires.

Les temps exceptionnels justifient ces mesures exceptionnelles, nous explique-t-on.

Peut-être. Mais l’ironie, en ces temps fous, c’est qu’on juge crucial d’imposer des amendes de 1546 $ à des sans-abri parce qu’ils ne respectent pas les règles du confinement… tout en laissant déblatérer les conspirationnistes qui risquent de faire beaucoup plus de dommages.