(Montréal) Les résultats de la session d’hiver 2020 ne seront pas comptabilisés dans le calcul de la cote R, un système de notation standardisé au collégial sur la base duquel les étudiants sont admis à l’université.

Marie-Eve Morasse Marie-Eve Morasse
La Presse

Québec l’a confirmé lundi matin, estimant que la COVID-19 « entraîne de trop grandes disparités d’enseignement entre les étudiants, les différents collèges et les régions, ce qui rend de facto inopérant ce calcul qui repose sur l’hypothèse de mêmes conditions d’enseignement pour tous ».

Cette mesure touchera principalement les élèves qui feront leur entrée à l’université à compter de l’automne 2021. Rappelons qu’un écart de quelques points peut faire une différence entre une acceptation et un refus dans des programmes contingentés.

Depuis que les cours en personne ont été suspendus, plusieurs voix se sont élevées pour dénoncer l’iniquité de l’enseignement. La Fédération des cégeps s’était notamment inquiétée du fait que dans certaines régions, des étudiants n’ont pas accès à internet.

De plus, plusieurs étudiants étaient dans l’impossibilité de récupérer du matériel laissé en classe. « En retirant ainsi aux étudiants la possibilité de récupérer le matériel essentiel à la poursuite de leurs études, nous sommes assurés de créer de l’iniquité au sein de la population étudiante des cégeps, à la grandeur du territoire », avait noté au début du mois la Fédération des cégeps dans une lettre envoyée au ministre de l’Éducation Jean-François Roberge.

La Fédération étudiante collégiale du Québec reconnaît que pour certains étudiants, la « situation peut être frustrante », mais qu’il s’agit d’une « mesure exceptionnelle « .

« La cote R était à plusieurs égards un grand facteur de stress pour une majorité d’étudiants-es. Considérant que la crise perdure et que plusieurs étudiants-es sont touchés de près ou de loin, vivent de l’isolement et même des problèmes de santé psychologique, la suspension de la cote R aide à en soulager plusieurs », écrit la Fédération.