(QUÉBEC) Les médecins spécialistes ne gagneront pas 211 $ l’heure pour faire le travail d’infirmières et de préposés aux bénéficiaires dans les CHSLD. Une autre entente sera négociée afin de fixer leur rémunération pour cette tâche, affirment le gouvernement Legault et la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ).

Tommy Chouinard Tommy Chouinard
La Presse

Une source gouvernementale a signalé que l’intention est de leur accorder un tarif horaire plus bas que celui annoncé mercredi et qui a soulevé la controverse.

De son côté, en entrevue avec La Presse, le président du Conseil du trésor, Christian Dubé, a expliqué qu’il y a eu « confusion » au sujet de la rémunération des médecins spécialistes appelés en renfort dans les CHSLD et que le tarif horaire de 211 $ l’heure, prévu dans une entente signée mardi soir, ne s’applique pas au travail effectué dans ces établissements.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Christian Dubé, président du Conseil du trésor

L’entente n’avait pas été prévue pour ça. Donc je ne crois pas que c’est fair de prendre le salaire qui a été convenu pour d’autres actes, d’autres façons de travailler, et de ramener ça à l’opération d’un CHSLD.

Christian Dubé, président du Conseil du trésor

Il a reçu le mandat du premier ministre François Legault de conclure une « entente spéciale » avec les médecins spécialistes portant sur le travail en CHSLD. Il faut « trouver une solution qui soit correcte pour tout le monde », « quelque chose de raisonnable », a-t-il plaidé.

La FMSQ a reconnu en soirée jeudi que « la lettre d’entente pour la rémunération pendant la pandémie n’a pas été prévue pour le travail des médecins spécialistes en CHSLD ». Selon son directeur des communications, Jacques Tétrault, « le premier ministre et la présidente de la FMSQ ont convenu que la question de la rémunération serait réglée plus tard. Entre-temps, les médecins spécialistes vont s’employer à sauver des vies et les parties s’occuperont ensuite de l’argent ».

La confusion

En conférence de presse mercredi, la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, laissait pourtant entendre que l’entente signée mardi soir s’appliquait aux médecins répondant à l’appel du gouvernement pour travailler dans les CHSLD. « Elle vient d’être signée. Ça fait qu’avec les spécialistes, il n’y a aucun problème » au sujet de la rémunération, disait-elle.

« Est-ce qu’on demande à certains médecins spécialistes d’aller faire du travail d’infirmière et d’être payés plus cher qu’une infirmière pendant qu’ils font le travail d’une infirmière ? Bien oui, parce qu’il y a une urgence nationale », affirmait de son côté François Legault sans préciser de montant à ce moment.

La présidente de la FMSQ, Diane Francoeur, expliquait le même jour que le tarif était de 211 $ l’heure, pour un maximum de 12 heures, en vertu de l’entente. C’est donc environ jusqu'à 2500 $ par jour que les médecins spécialistes gagneraient dans les CHSLD pour faire les tâches d’infirmières et de préposés aux bénéficiaires, selon ce qui était véhiculé mercredi.

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

La Dre Diane Francoeur, présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec

Or François Legault a rectifié le tir jeudi. « L’entente de rémunération dont vous parlez, ce n’était pas pour les CHSLD, c’était pour les médecins qui font des urgences dans les hôpitaux plutôt que d’opérer des patients à cause de la COVID-19. Donc, ce n’est même pas clair si ça s’applique ou non dans les CHSLD », a-t-il soutenu, soulignant que « beaucoup de médecins » s’étaient dits prêts à travailler dans ces établissements bénévolement, « de façon gratuite ».

Un « hasard »

Christian Dubé est catégorique : dans l’entente signée mardi soir, « il n’y avait rien de prévu pour ce qui est des CHSLD ». C’est un « hasard » si cette entente est intervenue juste avant que le premier ministre lance son appel aux médecins spécialistes pour travailler dans les CHSLD.

[Au moment des négociations], personne n’avait imaginé qu’il y aurait cette demande-là, qu’on aurait ce besoin très ponctuel au niveau des CHSLD.

Christian Dubé, président du Conseil du trésor

L’entente visait plutôt, dans le contexte de la pandémie, à « ajuster le travail des médecins spécialistes qui ne sont pas habituellement rémunérés avec des blocs de temps », mais à l’acte. La FMSQ partage maintenant cette position.

Cette « lettre d’entente 238 » concerne « les modalités de rémunération des médecins spécialistes en période de pandémie de la COVID-19 ». On ne mentionne pas spécifiquement le travail en CHSLD. On parle des services rendus « dans un site non traditionnel ambulatoire ou non ambulatoire ainsi qu’en clinique désignée ». Il s’agit également de réaffecter un médecin « à des services médicaux ou à des réunions en lien avec la pandémie pour lesquels il est compétent et permettant de contribuer à l’effort collectif requis dans le contexte de pandémie ».

« Une fois réaffecté, ajoute-t-on, le médecin peut travailler sur les lieux de l’établissement [l’hôpital auquel il est rattaché normalement] ou se déplacer en dehors de l’établissement, notamment pour participer à des réunions en lien avec la pandémie ou effectuer de la télémédecine ».

On ajoute que le « mode de rémunération forfaitaire vise à rémunérer l’ensemble des activités médicales, des réunions en lien avec la pandémie et inclut, s’il y a lieu, les services de télémédecine que le médecin spécialiste accomplit dans un contexte de pandémie de la COVID-19 ». Le montant forfaitaire s’élève à « 844 $ qui [sont] versé[s] pour une période d’activité de quatre heures ».

Une autre entente pour le travail en CHSLD

La négociatrice en chef du gouvernement, Édith Lapointe, a déjà pris contact avec son vis-à-vis de la FMSQ, l’ancien premier ministre Lucien Bouchard, afin de négocier une autre entente, précisément sur le travail en CHSLD.

Christian Dubé n’a pas voulu s’avancer sur le salaire qui lui paraît convenable. Il s’est limité à dire que les sommes devront être puisées à même l’enveloppe totale de rémunération des médecins spécialistes, donc sans la dépasser. Cette enveloppe s’élève à près de 5 milliards par année.

Les parties ne sont pas pressées de trouver un terrain d’entente. Pour François Legault, ce n’est pas le moment de « faire des gros débats sur la rémunération », l’essentiel est d’avoir « des paires de bras de médecins qui savent comment mettre un équipement de protection puis qui vont venir aider à reprendre le contrôle dans les CHSLD ». L’urgence est de « sauver des vies », insiste la FMSQ.