(Abbotsford) Un détenu est décédé des suites de complications apparentes liées à la COVID-19 dans un établissement de la Colombie-Britannique, qui connaît la plus grande éclosion parmi les pénitenciers au Canada.

La Presse canadienne

Le Service correctionnel du Canada affirme qu’il s’agit du premier décès dû au nouveau coronavirus parmi les détenus purgeant une peine de ressort fédéral.

L’agence indique dans un communiqué que le détenu, qui n’a pas été identifié, est décédé mercredi à l’hôpital régional d’Abbotsford.

Le détenu purgeait une peine à l’Établissement de Mission, un pénitencier à sécurité moyenne où 54 détenus et six agents correctionnels ont été testés positifs pour le virus.

L’agence affirme que le plus proche parent du détenu a été avisé et que le service des coroners de la Colombie-Britannique examinera les circonstances du décès.

Un total de 145 détenus — sur les 458 ayant été testés — ont été déclarés positifs à la COVID-19 dans les pénitenciers fédéraux.

Les éclosions les plus importantes se sont produites au pénitencier de Mission et à l’Établissement Joliette pour femmes au Québec, où 48 détenues et 34 agents correctionnels ont été testés positifs pour le virus.

Vingt-cinq autres détenus ont été déclarés positifs au Centre fédéral de formation de Laval, et 10 autres à l’Établissement de Port-Cartier.

Huit cas ont été confirmés à l’Établissement Grand Valley pour femmes en Ontario.

Le Syndicat des agents correctionnels du Canada affirme que 15 de ses membres à l’Établissement de Port-Cartier sont malades, deux au Centre fédéral de formation et un à l’Établissement de Grand Valley.