Au moins une demi-douzaine d’adolescents ont reçu des amendes de 500 $, plus 60 $ de frais, pour ne pas avoir respecté les consignes de santé publique visant à freiner la propagation de la COVID-19, ces derniers jours, sur la rive-sud de Montréal.

Daniel Renaud Daniel Renaud
La Presse

Jeudi de la semaine dernière, le neuf avril, vers 18 h 30, quatre adolescents, accompagnés d’un adulte de 19 ans, ont chacun reçu un constat pour ne pas avoir respecté les règles des deux mètres de distance et de rassemblement interdit, alors qu’ils se trouvaient dans un tunnel situé sous la rue Adoncourt, près de la rue des Alouettes, dans le Vieux-Longueuil.

Selon nos informations, le plus âgé du groupe aurait d’abord été impliqué dans une altercation avec un citoyen qui déambulait avec sa fille.

Le père de famille a alors communiqué avec le 911 et lorsqu’un policier du Service de police de la ville de Longueuil (SPAL) s’est présenté sur les lieux, il a remarqué que les jeunes ne respectaient pas la consigne de distanciation.

Lorsqu’il s’est approché du groupe, le plus vieux se serait montré menaçant envers le policier, qui l’aurait repoussé.

Le patrouilleur a ensuite remis un constat de 560 $ aux mineurs, et de 1546 $ au plus âgé, pour avoir pris part à un rassemblement interdit, a confirmé à La Presse la porte-parole du SPAL, Mélanie Mercille.

Le plus vieux a également été arrêté pour avoir brisé une condition de ne pas consommer d’alcool et pour entrave envers un agent de la paix.

La fête finit abruptement

En plein milieu de la nuit dernière, les policiers de la Régie de police Roussillon ont reçu un appel d’une personne qui a dénoncé une réunion de jeunes dans une résidence de la rue Leduc, à Saint-Constant.

Lorsqu’ils se sont présentés sur les lieux, les policiers ont constaté, dans la maison, la présence de six jeunes, dont deux mineurs. Un seul d’entre eux habitait la résidence.

Les patrouilleurs ont remis des constats de 1546 $ pour rassemblement illégal aux quatre personnes majeures et des constats de 560 $ aux deux mineurs.

Les frais ajoutés au montant des amendes sont des frais administratifs de greffe, pour le traitement du constat, alors qu’une autre partie est une contribution pour les victimes d’actes criminels prévue au Code de procédure pénale du Gouvernement du Québec.

Depuis le début de la pandémie, le Service de police de la Ville de Longueuil a émis 39 constats pour non-respect des consignes de santé publique, tous pour des rassemblements interdits.

La police de Laval en a donné 119 entre le 15 mars et lundi dernier.

Lundi dernier, le SPVM a annoncé avoir émis 1006 constats et rapports d’infraction généraux depuis le début de la crise et la SQ, 651.

Plusieurs corps de police de la province ont décidé de dévoiler le nombre de constats donnés une fois par semaine, le lundi.

Pour joindre Daniel Renaud, composez le (514) 285-7000, poste 4918, ou écrivez à drenaud@lapresse.ca