(Ottawa) L’opposition conservatrice à Ottawa demande qu’un représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) soit interrogé publiquement sur sa gestion de la pandémie de la COVID-19.

Catherine Lévesque
La Presse canadienne

Dr Bruce Aylward, un Canadien qui agit comme conseiller principal à l’OMS, a fait savoir qu’il ne serait pas témoin au comité fédéral de la santé la veille de sa comparution en raison d’une urgence liée à la crise.

Mardi, le chef conservateur Andrew Scheer et son porte-parole conservateur en matière de santé, Matt Jeneroux, ont déploré cette absence. Ils exigent toujours que Dr Aylward témoigne devant le comité pour répondre à des questions sur la gestion de la crise par l’organisation.

« Nous avons plusieurs préoccupations. Plusieurs préoccupations ont été soulevées à propos de la précision des données de l’OMS, l’influence de la Chine sur l’OMS. […] C’est pour cela que nous voulons avoir ces représentants au comité pour qu’ils puissent répondre aux questions, qu’ils puissent expliquer pourquoi certaines décisions ont été prises », a indiqué M. Scheer.

« Il y a eu plusieurs exemples de faux pas et d’opportunités manquées qui nous ont menés ici. Nous voulons regarder en avant et nous assurer que le gouvernement ne répète pas ces erreurs », a ajouté le chef conservateur.

Dans son intervention devant le comité, M. Jeneroux s’en est aussi pris à l’administratrice en chef de la santé publique du Canada, Dre Theresa Tam, qui se fie trop aux directives de l’organisation mondiale à son avis. Il a notamment pointé du doigt sa réticence à la fin janvier d’imposer des restrictions de voyage, qui n’étaient pas alors recommandées par l’OMS.

« Notre gouvernement avait plus peur de se faire rappeler à l’ordre par l’OMS que de protéger les Canadiens », s’est indigné M. Jeneroux.

Au moins un autre membre du comité, le libéral Marcus Powlowski, souhaite lui aussi qu’un membre de l’OMS réponde aux questions du comité fédéral. Il espère que Dr Aylward trouvera du temps pour venir témoigner lors d’une autre rencontre.

Questionnée à ce sujet, la ministre fédérale de la Santé, Patty Hajdu, a rappelé que Dre Tam a agi à titre d’experte internationale sur des comités de l’OMS et que c’est elle qui est responsable de mener la réponse du Canada sur le coronavirus.

Mme Hajdu a aussi dit qu’elle-même, Dre Tam et son adjoint Dr Howard Njoo se sont rendus disponibles à de nombreuses reprises pour répondre aux questions du comité.

Puis, elle a lancé un appel à l’unité. « C’est un temps, je crois, où nous devons nous rassembler, pas seulement à l’international, mais aussi au niveau national. […] Nous travaillons très fort pour nous assurer que l’opposition […] a l’information au bout de leurs doigts quand ils la demandent. »